Petit concert pour jour de confinement

concerts, publications, radio, disques...
Vincent
Pianaute
Messages : 552
Enregistré le : mar. 25 juin 2019 01:10

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Vincent »

Chantal a écrit :
mer. 7 avr. 2021 12:40
je me sens un peu seule sur ce fil, j'espère toujours qu'un(e) gentil(le) Pianaute viendra y partager ses coups de cœur…
Tu fais ça si bien !
C'est justement parce que tu excelles dans ces explorations musicales qu'il serait difficile de tenir la comparaison...
Comme je l'avais déjà dit je crois, ce n'est pas parce que je ne réagis pas systématiquement que je ne prend pas plaisir à goûter ce que tu nous proposes. Je peux t'assurer que si et je suis sûr que je ne suis pas le seul !

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Vincent a écrit :
mer. 7 avr. 2021 17:52
Chantal a écrit :
mer. 7 avr. 2021 12:40
je me sens un peu seule sur ce fil, j'espère toujours qu'un(e) gentil(le) Pianaute viendra y partager ses coups de cœur…
Tu fais ça si bien !
C'est justement parce que tu excelles dans ces explorations musicales qu'il serait difficile de tenir la comparaison...
Comme je l'avais déjà dit je crois, ce n'est pas parce que je ne réagis pas systématiquement que je ne prend pas plaisir à goûter ce que tu nous proposes. Je peux t'assurer que si et je suis sûr que je ne suis pas le seul !
Grand merci, Vincent, ça me rassure un peu. Mais je crois que tu exagères beaucoup : n'importe qui aimant la musique est capable de faire aussi bien, sinon mieux, que moi. Et tu fais partie de ceux qui aiment la musique, ton embarquement à bord du Pianautilus en atteste, alors…
A propos de musique, bien que je ne sois pas intervenue sur l'autre fil, j'ai bien aimé la pièce d'Alkan que tu as proposée en pièce-mystère. Et j'ai bien apprécié ton interprétation :content:

Avatar du membre
Mona
Pianaute
Messages : 44
Enregistré le : mer. 10 juil. 2019 20:12
Localisation : Bordeaux
Piano : Félicien (Pleyel F 1931)
Prénom : Cunégonde

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Mona »

En tout cas Chantal, c'est un vrai plaisir pour moi de découvrir les morceaux que tu postes, il y en a beaucoup que je ne connais pas. Ainsi, je me cultive avec toutes ces belles pièces qui font naître de jolis moments d'émotions ! :D:

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Merci Mona. Moi, ça me fait vraiment plaisir de te lire de nouveau :content:


Aujourd'hui, je voudrais vous faire écouter du Carl Czerny :mrgreen2: . Je vois déjà vos mines horrifiées. Non, rassurez-vous, pas celui des exercices et études diverses (j'ai trop souffert sur l'op 740 - l'art de délier les doigts - quand j'étais jeune). Encore que certaines sont très agréables, comme par exemple celle-ci :

Étude n° 29 des "50 Grandi Studi di Perfezionamento” op 409


Carl Czerny a certes été un grand pédagogue du piano (il eût de nombreux élèves dont Franz Liszt), mais également un compositeur fécond. Voici quelques unes de ses œuvres pour piano solo.

Variations brillantes op 14


Der Abend und die Nacht, Op.392 - n° 1. Der Abend


Der Abend und die Nacht, Op.392 - n° 2. Die Nacht


• Nocturne op 368 n° 4


• Seraphine, n° 20 de l' "Album élégant des dames pianistes" op 804 Si si, c'est le nom de l'album


• La colère, n° 4 des "Huit Nocturnes romantiques de différents caractères" op 604



Bonne écoute :D:

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Du compositeur français romantique Hector Berlioz (1803-1869) je vous propose aujourd'hui trois œuvres :

• l’ouverture le Carnaval Romain par l'Orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung


• des Nuits d'été, ensemble de six mélodies sur des poèmes de Théophile Gautier, voici la première, Villanelle, interprétée par la mezzo-soprano Anne Sofie von Otter. Les Musiciens du Louvre sont dirigés par Marc Minkowski


• de la Damnation de Faust, inspirée du premier Faust de Goethe, voici la Marche Hongroise ou Marche de Rakoczy (ça rapellera sans doute quelque chose à celles et ceux d’entre-vous qui ont vu « la grande vadrouille »). L’Orchestre Philharmonique de Berlin est dirigé par Herbert von Karajan



Demain, nous explorerons ses symphonies.

Bonne écoute :D: !

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 813
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Claudia »

Chantal, comment te remercier?
Ces listes sont un enchantement, toujours bien choisies et pensées! merci :coeur: :coeur: :coeur:

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Claudia a écrit :
sam. 10 avr. 2021 13:46
Chantal, comment te remercier?
Ces listes sont un enchantement, toujours bien choisies et pensées! merci :coeur: :coeur: :coeur:
Que tu t'y intéresses est pour moi le plus beau des remerciements. Merci à toi :coeur: :coeur:

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Comme annoncé hier, voici d'Hector Berlioz les symphonies. C’est sans doute dans ses quatre symphonies que l’écriture novatrice de Berlioz et son génie de l’orchestration s’expriment le mieux.


• Symphonie fantastique (1830)
Cette symphonie en cinq mouvements est certainement l’œuvre la plus connue de Berlioz. Inspirée par le premier Faust de Goethe, elle fut conçue par un jeune Berlioz de 26 ans, en proie à une dévorante passion pour l’actrice shakespearienne Harriet Smithson, qu’il rencontre au théâtre de l’Odéon lors d’une représentation d’Hamlet.

Le compositeur décrit la Symphonie fantastique comme l’histoire d’un jeune artiste (lui) qui, s’administrant une dose non létale d’opium dans le but de soulager sa souffrance amoureuse, est en proie à une succession d’épisodes psychédéliques. Seule une mélodie récurrente ou « idée fixe » représentant la femme aimée, et qui va plus ou moins se modifier à mesure de l’évolution psychologique du héros, le suit à travers chacun des cinq mouvements de l’œuvre.

Voici le cinquième et dernier mouvement de la Symphonie fantastique, Songe d'une nuit du Sabbat, par le Philharmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan



• Harold en Italie
La Symphonie en quatre parties avec alto principal « Harold en Italie » fut composée en 1834. Elle tient à la fois de la symphonie et du concerto, bien que le rôle assigné à l'alto soit très différent de celui qui aurait été le sien dans un véritable concerto. Voici ce qu’en dit Berlioz dans ses Memoires (cité par Wikipedia) :

« je voulus faire de l’alto, en le plaçant au milieu des poétiques souvenirs que m’avaient laissés mes pérégrinations dans les Abruzzes, une sorte de rêveur mélancolique dans le genre du Childe-Harold de Byron. De là le titre de la symphonie : Harold en Italie. Ainsi que dans la Symphonie fantastique, un thème principal (le premier chant de l’alto) se reproduit dans l’œuvre entière ; mais avec cette différence que le thème de la Symphonie fantastique, l’idée fixe s’interpose obstinément comme une idée passionnée, épisodique, au milieu des scènes qui lui sont étrangères et leur fait diversion, tandis que le chant d’Harold se superpose aux autres chants de l’orchestre, avec lesquels il contraste par son mouvement et son caractère, sans en interrompre le développement »

Voici par l’Orchestre Symphonique de Londres dirigé par Sir Colin Davis, la deuxième partie d’Harold en Italie, Marche des pèlerins chantant la prière du soir :


Séduit par l'œuvre, Liszt en a effectué une réduction pour piano et alto, confiant à l'alto la partie exacte de l'œuvre originale. Voici le second mouvement de cette transcription par Antoine Tamestit à l’alto et Bertrand Chamayou au piano :



• Roméo et Juliette (1839)
Symphonie dramatique avec chœurs, solos de chant et récitatif choral, d’après le drame de Shakespeare.

« (Dans cette œuvre) Berlioz veut évoquer le drame de Shakespeare, mais sans montrer les personnages éponymes : comme il le dit dans sa Préface, leur amour est trop "sublime" pour pouvoir être représenté par des comédiens ou des chanteurs. C'est aussi une manière de démontrer la puissance évocatrice de la musique symphonique, capable de faire exister des "personnages" de théâtre à part entière, sans jamais les montrer sur la scène… Les pièces instrumentales y suivent le schéma d'une symphonie (allegro, mouvement lent, scherzo, finale), mais Berlioz insère des épisodes chantés puis dramatiques. Le final est écrit comme un finale d'opéra, à ceci près qu'il n'est pas prévu de mise en scène » Wikipedia

L’œuvre comporte trois partie et sept « tableaux ». Voici, extrait du premier tableau de la Partie 2, la Grande fête chez les Capulet. L'Orchestre philharmonique de Radio France est dirigé par Mikko Frank



• Grande symphonie funèbre et triomphale (1840)
C’est une commande du ministre de l'Intérieur pour le transfert des victimes des trois journées de la révolution de 1830 vers le monument qui venait d'être élevé sur la place de la Bastille (l’actuelle colonne de la Bastille).

« La cérémonie eut lieu le 28 juillet 1840. Berlioz dirigea lui-même, en uniforme de la Garde nationale et en marchant à reculons, une grande fanfare militaire de deux cents musiciens (vents et percussions). La répétition en salle avait été très satisfaisante et impressionna beaucoup l'assistance, mais l'exécution en plein air fut malgré tout dans l'ensemble un échec en raison des bruits de la foule et des manœuvres militaires. Reprise en concert en août, l'œuvre fit à nouveau très forte impression. Richard Wagner la jugea « grande de la première à la dernière note », et écrivit ensuite : « Je suis convaincu que cette symphonie perdurera et exaltera le cœur des hommes tant qu'il existera une nation nommée France ».
Berlioz … en fit plus tard une version pour concert, rajoutant des pupitres de violoncelles et de contrebasses et en ajoutant un chœur pour le troisième mouvement sur des paroles de son ami Antoni Deschamps. Cette nouvelle version fut créée à Bruxelles, le 26 septembre 1842. La partition originale de Berlioz recommandait 392 exécutants (192 pour l'orchestre et 200 pour le chœur) ; il y en eut jusqu'à 1800 le 24 juillet 1846 à l'Hippodrome de Paris. » Wikipedia


La version de concert comprend trois mouvements : Marche funèbre, Oraison funèbre et Apothéose. Voici le premier mouvement, Marche funèbre, par l’Orchestre Symphonique de Londres dirigé par Sir Colin Davis :




Pardon pour le pavé :shock: . Mais je pense que les symphonies de Berlioz le méritaient.

Bonne écoute :D: !

Chantal
Pianaute
Messages : 321
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Chantal »

Aujourd’hui, je vous propose un florilège de chansons françaises de la Renaissance (nostalgie de mes années de chant choral ? je les ai toutes chantées, dans une autre vie).

• Clément Janequin (1485-1558) : La Bataille de Marignan par l’Ensemble Philippe Caillard


• Claude Le Jeune (1528-1600) : Perdre le sens devant vous par l’Ensemble Philippe Caillard


• Pierre Passereau (1509-1553) : Il est bel et bon par l’Ensemble Philippe Caillard


• Pierre Certon (vers 1510-1572) : La, la, la, je ne l'ose dire par l’Ensemble Clément Janequin


• Thoinot Arbeau (1520-1595) : Belle qui tiens ma vie par la Schola Cantorum de Québec

`
• Claudin de Sermisy (vers 1490-1562) : Tant que vivray (sur un poème de Clément Marot) par l’Ensemble Clément Janequin



Pour terminer, une « chanson à boire » :

Quand je bois du vin clairet par La Chapelle Royale de Catalogne, direction Jordi Savall


Cette dernière pièce mérite quelques explications. La musique est celle d’un tourdion (danse en vogue en France au début du XVIe siècle) et serait due à Pierre Attaingnant (vers 1494-1551). En fait on ne sait pas si Attaignant en est le compositeur ou seulement l’imprimeur : il inventa en 1528 un procédé d'impression de la musique par caractères mobiles et devint le premier et principal éditeur de musique en France. Quant aux paroles, elles datent… du XXe siècle. Elle sont dues à César Geoffray, en 1949. Pour ceux qui ne le connaissent pas, César Geoffray, musicien, chef de chœur et compositeur (1901-1972), fut le fondateur du mouvement choral À Cœur Joie. Je l’avais rencontré au début des années 60 lors d’un stage de direction de chœur qu’il animait. C’était une personnalité attachante. Pour en revenir à « Quand je bois du vin clairet » tout choriste A Cœur Joie se devait de la connaître (je la sais encore par cœur), cela permettait de la chanter ensemble lors des rencontres entre chorales !

Bonne écoute :D:

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 813
Enregistré le : lun. 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: Petit concert pour jour de confinement

Message par Claudia »

Pour moi aussi ce sont des souvenirs! je ne chantais pas, mais adolescente j'adorais cette musique et mon argent de poche allait à l'achat de LP de chansons de la renaissance, française, anglaise, espagnole! j'aimais la douceur parfois intrépide des paroles, la finesse de la polyphonie. Merci pour le partage :content:

(Belle qui tiens ma vie, c'est terrible, quand on l'a en tête, elle s'y colle toute la journée! mais c'est bien agréable)

Répondre