Julius Eastmann

concerts, publications, radio, disques...
catherine
Pianaute
Messages : 603
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Julius Eastmann

Message par catherine »







Une espèce de choc pianistique... en écoutant dimanche Julius Eastmann joué sur 4 pianos à queue disposés en quinconce au festival Autres Mesures à l'opéra de Rennes. Les vidéos ci-jointes, qui sont des vidéos des mêmes oeuvres, mais jouées à d'autres époques et d'autres occasions, ne donnent qu'une idée assez rétrécie de ce qu'on a pu entendre en direct pendant près de 2h... Evil nigger et Gay guérilla étant mes préférés. Si vous pouvez entendre ça... courez...
Julius Eastmann est un compositeur américain noir et gay (on ne devrait pas avoir à le préciser, je n'ai pas entendu cette musique comme noire et gay...mais comme un espace musical nouveau... mais c'est partout dans sa biographie et ce sont des dimensions essentielles pour sa musique) des années 1980. Musique dite minimaliste, le mot parait mal choisi face à la richesse des univers créés... disons peut-être musique répétitive ? ou musique tout court, pour rejoindre un débat récent...

josiane
Pianaute
Messages : 544
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Julius Eastmann

Message par josiane »

Je te remercie je ne connaissais pas.
Ce n’est pas le genre de musique que j’écoute, la curiosité m’a fait aller écouter, je comprends qu’en live ça devait être beaucoup plus impressionnant

Line-Marie
Pianaute
Messages : 957
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Julius Eastmann

Message par Line-Marie »

oulala , j'ai du mal à écouter cette musique répétitive...
Mais dans la salle avec le public cela devait être tout autre !

catherine
Pianaute
Messages : 603
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: Julius Eastmann

Message par catherine »

Oui je ne crois pas que ce soit tellement représentatif quand on n'est pas dans la salle, j'ai mis les liens quand même pour que vous ayez une idée.
Dans la salle... eh bien c'est juste monstrueux. Il y a cette énergie énorme des 4 pianistes, ces sons qui naissent et se recouvrent puis disparaissent, ces motifs musicaux qui se nourrissent l'un de l'autre (et qu'on reconnait puisqu'ils reviennent, transposés, différents et semblables), cet élargissement du temps.
Ce qui est vraiment intéressant c'est que le son, qui est en réalité discontinu puisque les notes sont répétées très rapidement, devient continu et fluide. Et on croit entendre des cordes, des flûtes, des orgues ( voire des sons numériques c'est le comble !). Les structures se construisent en vagues de rythme, de hauteur, de nuances, avec des passages complètement rêveurs et linéaires (la fin de Gay guérilla). Et comme on est assis dans la salle et qu'on est en son acoustique, et qu'en plus on peut admirer la technique de répétition de chaque pianiste (et là... il y a de tout ! c'est bluffant!)... eh bien on se laisse happer et on part naviguer ...
En tous cas pour moi c'était vraiment une découverte: la musique répétitive que je connaissais me semblait plutôt expérimentale au sens de "exercice de style", intéressante comme telle mais pas écoutable avec attention sur un long moment... j'ai donc changé d'avis !
Ci-jonit une photo pour vous montrer la salle et sa disposition
IMG_2872.jpeg
IMG_2872.jpeg (271.53 Kio) Vu 638 fois

Vincent
Pianaute
Messages : 787
Enregistré le : mardi 25 juin 2019 01:10

Re: Julius Eastmann

Message par Vincent »

En fait, j'aime bien. D'une façon générale, j'accroche assez bien à ces musiques contemporaines répétitives qui leur confère un caractère hypnotique. Beaucoup plus qu'aux musiques atonales ou les dissonantes qui elles, souvent, me hérissent le poil (littéralement).
Je me demande toutefois comment font ces pianistes pour tenir ainsi plusieurs dizaines de minutes sans jamais perdre le fil rythmique. (Et sans avoir mal aux doigts pour certains d'entre eux).

Avatar du membre
Hémiole
Pianaute
Messages : 588
Enregistré le : lundi 1 juil 2019 21:08

Re: Julius Eastmann

Message par Hémiole »

Vincent a écrit : mercredi 29 janv 2020 11:35 En fait, j'aime bien. D'une façon générale, j'accroche assez bien à ces musiques contemporaines répétitives qui leur confère un caractère hypnotique. Beaucoup plus qu'aux musiques atonales ou les dissonantes qui elles, souvent, me hérissent le poil (littéralement).
Je me demande toutefois comment font ces pianistes pour tenir ainsi plusieurs dizaines de minutes sans jamais perdre le fil rythmique. (Et sans avoir mal aux doigts pour certains d'entre eux).
catherine a écrit : mercredi 29 janv 2020 09:39 Oui je ne crois pas que ce soit tellement représentatif quand on n'est pas dans la salle, j'ai mis les liens quand même pour que vous ayez une idée.
Dans la salle... eh bien c'est juste monstrueux. Il y a cette énergie énorme des 4 pianistes, ces sons qui naissent et se recouvrent puis disparaissent, ces motifs musicaux qui se nourrissent l'un de l'autre (et qu'on reconnait puisqu'ils reviennent, transposés, différents et semblables), cet élargissement du temps.
Ce qui est vraiment intéressant c'est que le son, qui est en réalité discontinu puisque les notes sont répétées très rapidement, devient continu et fluide. Et on croit entendre des cordes, des flûtes, des orgues ( voire des sons numériques c'est le comble !). Les structures se construisent en vagues de rythme, de hauteur, de nuances, avec des passages complètement rêveurs et linéaires (la fin de Gay guérilla). Et comme on est assis dans la salle et qu'on est en son acoustique, et qu'en plus on peut admirer la technique de répétition de chaque pianiste (et là... il y a de tout ! c'est bluffant!)... eh bien on se laisse happer et on part naviguer ...
Oh moi j'adore ! Rien ne remplace le son en live pour une musique de cette sorte, mais je vais le mettre dans mes playlists. Je suis bon public pour la musique répétitive et hypnotique comme le souligne Vincent. Et en effet, les pianistes doivent être endurants, concentrés et souples pour tenir sur la durée dans une musique où la pulsation n'est pas perceptible.
J'aurais vraiment aimé y être...
Merci Catherine pour cette découverte.
"Les arts sont le plus sûr moyen de se dérober au monde ; ils sont aussi le plus sûr moyen de s'unir avec lui."
Franz Liszt

Summertime
Pianaute
Messages : 179
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 16:34

Re: Julius Eastmann

Message par Summertime »

La description de ton expérience lors du concert est vraiment intéressante et cela donnerait envie d'essayer. Tu racontes ça très bien ! En revanche l'écoute à froid comme ça, ne me transporte pas vraiment.....
Mais merci pour le partage. :smile:

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 701
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Julius Eastmann

Message par Marie-France »

Merci Catherine. Le 3ème lien est le plus agréable à écouter d'un point de vue de la qualité sonore. Ceci étant j'ai écouté 5 mn du premier et :razz: j'ai arrêté. Et comme le dit summertime, comme ça à froid, c'est un peu dur. Il manque comme tu dis toute l'ambiance du live et le mélange des sons qu'on n'entend pas du tout tel que tu le décris.

catherine
Pianaute
Messages : 603
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: Julius Eastmann

Message par catherine »

mais c'est bien... ça rappelle qu'il nous faut absolument aller écouter des concerts de temps en temps ! :D:
merci d'avoir été curieux !

JPS1827
Pianaute
Messages : 524
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:11
Localisation : Bourg-la-Reine

Re: Julius Eastmann

Message par JPS1827 »

Moi aussi c'est le 3 que je préfère. Je suis un peu sidéré par la longueur de ces vidéos, que je n'ai pas visionnées en entier, mais je comprends qu'en live de tels morceaux sont de nature à plonger le public dans un état quasi hypnotique, et que la longueur contribue à l'effet recherché. Le terme auquel je suis habitué serait de dire que cette musique a un caractère "dissociant" mais ça ne parle pas forcément à tout le monde.

En tout cas je n'en avais jamais entendu parler ; il n'a qu'un petit article sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Julius_Eastman

Répondre