Désenchantement des œuvres

les pianautes au clavier
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1399
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Désenchantement des œuvres

Message par Lee »

Bonjour,

Ça vous arrive de choisir des œuvres à travailler, et puis après un certain temps, de perdre votre intérêt initial pour eux ? Que faites-vous ?

En ce moment ça m'arrive, je me demande si j'étais trop hâtive en faisant mes choix, c'est vrai que ce sont pour les évènements qui arrivent. Je me demande si je dois persister ou choisir d'autres morceaux (faciles, étant donné le délai).

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 1046
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: Désenchantement des oeuvres...

Message par Claudia »

Bonjour,
De mémoire ça ne m'est pas arrivé mais c'est vrai que je suis assez obstinée !
Il faudrait que tu saches pourquoi ce désintérêt: est-ce que l’œuvre te paraît "pauvre" une fois que tu l'as travaillée (se dire un peu "ah, ce n'est que ça?"); est-ce que tu as besoin d'une écoute extérieure (si tu n'as pas pris de cours du tout avec cette œuvre ça pourrait être une explication, l'écoute extérieure peut relancer l'enchantement puisque ça te donne de nouvelles pistes et perspectives, ça sort du "soliloque" ; est-ce que tu n'arrives pas à obtenir ce que tu cherches, ou au contraire est-ce venu trop vite et de manière si évidente que ça ne t'intéresse plus? Est-ce que tu ne ressens aucune émotion parce qu'il s'agit d'un style de musique qui finalement ne te touche pas?
Je ne sais pas du tout que te conseiller concernant les échéances que tu as; si tu as du temps pour te lancer dans de nouveaux projets en étant contente, pourquoi pas? mais si tu abandonnes ce qui est en chantier pour commencer quelque chose qui ne sera pas vraiment prêt non plus tu risques d'être doublement insatisfaite, mais je crois que tu montes tes pièces assez vite, c'est peut-être possible pour toi?
Je me dis que si tu as choisi cette oeuvre c'est qu'elle te disait quelque chose, il faudrait retrouver cette première émotion, cet attrait, mais évidemment si le charme n'opère plus il faut des sortilèges d'auto-conviction assez difficiles à actionner...
Parfois quand j'ai la sensation de tourner en rond je laisse passer deux jours sans piano, sans écouter, rien, silence, promenades, se changer les idées et ensuite je reviens comme neuve au piano :content:
Ou alors déchiffrer des choses complètement différentes, d'un siècle différent, d'un style différent, pendent deux trois jours, et ensuite revenir à ton univers et le ressentir de manière plus compacte et parlante parce que tu auras fait un détour salutaire.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1399
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Lee »

Merci Claudia pour ces analyses perspicaces...
Effectivement je n'ai pas encore eu un cours avec ces œuvres, ça doit faire une différence.
Non, je ne les trouve pas pauvre et je n'arrive pas à les jouer d'une manière trop vite ou évidente, mais ce dernier pièce lyrique de Grieg est bien une valse, et je n'arrive jamais à vraiment travailler les valses, et j'ai déjà joué l'Arietta, c'était peut-être une mauvaise bonne idée de choisir ce "miroir nostalgique".
Le morceau de Agathe Backer Grøndahl au contraire me semble bien plus difficile que prévue et j'ai peur de temps d'investissement perdu pour le rendu pas prêt fin août / septembre, l'œuvre me semble toujours intéressante mais pas aussi enchanteresse que quand j'ai commencé. Tu me fais rendre compte que probablement je n'ai pas assez étudié / cherché / exploré ce que ce morceau peut faire.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 957
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Line-Marie »

Arrêter après avoir commencer le travail d'une œuvre cela m'est arrivé souvent et pour de multiples raisons.
Je me souviens d'un Nocturne de Chopin op9 n°3 que j'avais commencé en aout (il y a 7 ans déjà) . J'étais toujours dans le doute de travailler cette œuvre que je trouvais difficile et qui me parlait peu.
Fin octobre lors d'un stage de piano chez moi , à la fin du stage, lors de discussions sur ce que nous allions travailler ensuite , je leur parle de ce nocturne que j'allais abandonner. Mes amies me disent de leur jouer le début . Je le fais et pendant que je leur joue , j'ai entendu la beauté de l’œuvre. Et elles m'ont encourager à poursuivre le travail commencé. Ce que j'ai fait. Sans elles , je n'aurais plus travailler ce beau Nocturne.
Voici mon travail en février 2015....


J'ai travaillé aussi des pièces de Bortkiewicz que j'ai abandonnées parce que je pensais que je n'y arriverais pas . Pour moi, l'écoute d'un ami ou amie, d'un prof est nécessaire pour ne pas me décourager. J'ai remarqué que la difficulté ressentie n'est pas linéaire. C'est à dire que tu as parcouru sans doute une partie du chemin dans Grieg et Grondhal et évidement tu t'aperçois peut-être que pour arriver à bien les jouer tu dois travailler un peu plus que ce que tu t'es imaginé. Et donc la grande question est : Quand est-ce que je pourrai le jouer de façon correcte ? ETt sans doute comme moi tu ne vois pas le bout ? ET bien parfois le bout n'est pas très loin !
Cela m'arrive aussi. Je travaille une Gavotte d'un compositeur moldave et j'avais l'impression que je l'aurais vite dans les doigts , mais ce n'est pas vrai, il y a plein de petites difficultés que je découvre et je me suis demandée combien de temps finalement j'allais mettre pour la mémoriser et ainsi la travailler en profondeur.... donc phase de découragement. Heureusement j'ai pu travailler plusieurs fois avec ma prof, tout "débroussailler" et ainsi , aujourd'hui , je pense que pour le stage d'aout avec elle je l'aurai mémorisée complétement.
Pareil pour les 3 premières Valses Nobles et Sentimentales de Ravel.

Avant d'abandonner , je te conseille d'enregistrer ton travail et de le poster ici, sans te soucier des imperfections. Nous pourrons peut-être t'aider et te conseiller ?

josiane
Pianaute
Messages : 544
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Désenchantement des œuvres

Message par josiane »

Il m’est arrivé plusieurs fois d’abandonner un morceau commencé depuis peu.
Parce que, finalement il ne me plaisait pas autant que je croyais,
Parce qu’il s’est avéré trop difficile,
Simplement il ne me correspondait pas.
Il m’est aussi arrivé d’avoir très envie d’abandonner par une sorte de lassitude puis la motivation est revenue après une pause dans le travail comme l’a dit Claudia.
Essaye de trouver pourquoi tu t’es lassée si tu es sûre de ne pas pouvoir franchir l’obstacle alors laisse tomber sinon je te donne le même conseil que Line-marie oste ton travail, rien que de l’enregistrer peut te redonner de la motivation.

Avatar du membre
Mona
Pianaute
Messages : 486
Enregistré le : mercredi 10 juil 2019 20:12
Localisation : Bordeaux
Piano : Félicien (Pleyel F 1931)
Prénom : Cunégonde

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Mona »

Ca m'est arrivé souvent, pour des raisons très différentes. Il y a parfois un décalage pour moi, que j'ai du mal à expliquer, entre l'écoute d'un morceau que je trouve magnifique, et que j'ai très envie de jouer, et le moment où je commence à le travailler : je ne ressens parfois pas de "plaisir de doigt"... :D: ...ça parait idiot comme expression mais c'est ce qui me vient, je ne sais pas à quoi c'est dû, c'est vraiment quelque chose de physique, qui est là ou pas... souvent, les morceaux romantiques me procurent ce "plaisir de doigt", je devrais peut être dire de geste, quelque chose de corporel, de très sensuel. Alors que même si j'adore le baroque, j'ai souvent moins de plaisir "sensuel" à jouer ces morceaux. Mais ce n'est pas toujours une question de style ou d'époque. Donc des fois j'abandonne parce que le "plaisir de doigt" n'est pas là... :D: Mais la plupart du temps, c'est parce que je trouve le morceau trop difficile, je me décourage assez vite. Le seul moyen pour moi de surmonter ça est en effet, je suis d'accord avec Line Marie et Josiane, de partager le morceau, de recevoir des conseils, et bien sûr de le travailler avec mon/ma prof. C'est un truc qui m'agace, je suis encore très dépendante du prof, j'ai du mal à travailler seule, je ne suis pas autonome. Lee, tu dis que tu n'as pas encore eu de cours dessus, ça peut changer beaucoup de choses je pense. Et comme ça t'a été conseillé plus haut, essaie de repérer à quoi est liée cette perte de motivation. Ta prof pourra sans doute t'aider à l'identifier.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1399
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Lee »

Merci beaucoup pour vos conseils et vos témoignages, Line-Marie, Josiane et Mona, et c'est très gentil de proposer de l'aide et l'encouragement.

J'aime beaucoup cette nocturne, Line-Marie, c'est une belle histoire avec une très belle musique en bande-son !
Mona a écrit : vendredi 25 juin 2021 20:53 je ne ressens parfois pas de "plaisir de doigt"... ...ça parait idiot comme expression mais c'est ce qui me vient, je ne sais pas à quoi c'est dû, c'est vraiment quelque chose de physique, qui est là ou pas... souvent, les morceaux romantiques me procurent ce "plaisir de doigt", je devrais peut être dire de geste, quelque chose de corporel, de très sensuel. Alors que même si j'adore le baroque, j'ai souvent moins de plaisir "sensuel" à jouer ces morceaux. Mais ce n'est pas toujours une question de style ou d'époque. Donc des fois j'abandonne parce que le "plaisir de doigt" n'est pas là...
C'est intéressant, ça me fait penser aux remarques de mes deux dernières profs les quelques fois que j'ai essayé de jouer de baroque, qu'il faut une pression plus ferme des doigts. Je ne sais pas si c'était lié. De toute façon je suis désinvolte quand je joue de la baroque, on me dit que je le joue d'une façon romantique...

J'ai un peu réfléchi et je crois que le Grieg me plaît pas autant parce que je préfère l'Arietta et parce que la forme de valse m'apparait trop répétitive et je me lasse. Si j'ai le courage de faire un enregistrement des morceaux, je les posterai, ça peut être instructif pour d'autres, mais en fait j'aurai un cours bientôt, le vendredi prochain, ça peut changer les choses. Je vais essayer de continuer à travailler ce morceau jusqu'à mon cours.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1399
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Lee »

Juste un peu des nouvelles depuis. J'ai vu avec ma prof il y a deux jours et elle m'a expliqué que le morceau de l'Agathe Backer Grøndahl est joli mais avec une écriture un peu difficile. Elle m'a encouragé de le continuer pour plusieurs raisons : selon elle je n'ai pas besoin de beaucoup plus de temps pour quelque chose présentable, elle m'a donné des pistes d'amélioration, c'est un morceau qui n'est pas "prenant psychologiquement", je dois pouvoir sortir le jouer pour n'importe quelle occasion, si je fais attention à faire chanter la mélodie, ça passerait, surtout qu'il n'est pas connu. Voilà, je vais poursuivre mon chemin avec ce morceau, peut-être joué pour le concert des compositrices sur Phoenix...

Par contre, j'ai laissé tomber le Grieg, la motivation n'est pas sur le menu, je n'ai pas vraiment le travaillé donc c'est moins de temps "perdu"...

Line-Marie
Pianaute
Messages : 957
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Désenchantement des œuvres

Message par Line-Marie »

Merci Lee pour cette bonne nouvelle, que tu continues à travailler cette pièce d'Agathe Grondhal. Je me réjouis de te l'entendre jouer fin septembre.

josiane
Pianaute
Messages : 544
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Désenchantement des œuvres

Message par josiane »

Je suis d’accord avec ta profe Lee l’écriture d’Agathe Backer Grondahl n’est pas si simple.
J’ai eu un peu de mal à mémoriser ses oeuvres que je n’ai jamais cessé d’aimer beaucoup.
Elles ne sont pas si faciles à jouer non plus d’ailleurs.
Je crois que les périodes de doute sont là pour nous tous. Il suffit parfois d’un petit encouragement pour repartir.

Répondre