Mécanique de répétition

les pianautes au clavier
Répondre
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1598
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Mécanique de répétition

Message par Lee »

Bonjour,

Je connais mal comment utiliser la mécanique de répétition. Il n'y a pas très longtemps, Hémiole m'a montré comment ne pas laisser remonter la touche pour répéter la note, puisqu'on a évoqué pour Dvorak et je n'ai jamais utilisé la technique sur mon piano à queue. :oops:

Alors je suis curieuse si vous avez recours à cette technique, je ne trouve pas trop facile mais c'est probablement parce que je ne suis pas habituée. Tout bêtement, je ne sais même pas trop si ça marche pour les accords, mais j'avais l'impression ne pouvoir faire.

Avatar du membre
coignet
Administrateur
Messages : 575
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 15:27
Localisation : Paris
Piano : Pleyel F 1953

Re: Mécanique de répétition

Message par coignet »

Le levier de répétition d'une mécanique de piano à queue replace le marteau en position de jeu dès qu'il a été libéré par l'attrape, avant que la touche ait été totalement remontée.
On sent assez nettement sous le doigt en remontant lentement le doigt.
Concrètement, cela permet de répéter une note à grande vitesse plus sûrement et de manière moins fatigante que sur un piano droit, ainsi que d'exécuter des trilles avec plus de confort. On peut plus jouer "dans le clavier" en remontant moins les doigts.
Théoriquement, on le ressent de manière intuitive...
Ça "marche" mieux qu'un droit et c'est moins fatigant...

C'est aussi particulièrement sensible lors de répétitions d'accords, qui peuvent se rejouer sans décoller les doigts des touches, en jouant piano ou pianissimo bien plus aisément que sur un piano droit sur lequel il faut plus nettement relâcher et refrapper.

Cela est vrai si la mécanique est impeccablement réglée...

Principe de fonctionnement d'une mécanique de piano à queue
Après l'échappement, le marteau retombe, est attrapé par l'attrape, et compresse le ressort du levier de répétition qui, une fois le marteau relâché en remontant la touche, remet le marteau en position d'être rejoué.

Trois réglages sont importants, si les réglages de base sont corrects (1) :
- la tension du ressort : trop faible, pas de répétition, trop fort, il relance le marteau sur la corde,
- le niveau de rechute (réglé par une vis en forme de "T" sur Pleyel),
- le niveau d'attrappe du marteau (trop bas il n'attrape pas en jeu piano).

(1) - réglages de base : échappement (à une certaine distance des cordes le marteau doit être lâché et continuer sa course seul), chasse (distance entre les cordes et le marteau au repos), enfoncement (cote entre la position de la touche au repos et la touche enfoncée, généralement 10 mm).

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1598
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Mécanique de répétition

Message par Lee »

Merci Coignet ! Je ne sens pas intuitivement la repetition avant que les touches soient remontées surtout pour les accords, mais tes explications doivent m'aider à comprendre et intégrer comment faire.

Avatar du membre
coignet
Administrateur
Messages : 575
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 15:27
Localisation : Paris
Piano : Pleyel F 1953

Re: Mécanique de répétition

Message par coignet »

En remontant doucement la touche, pédale enfoncée, tu dois sentir un léger petit choc sous le doigt : c'est le bâton d'échappement qui s'est remis en position de jeu sous la
noix du marteau (1) :
à ce stade, tu peux rejouer la note, beaucoup moins fort qu'en remontant la touche complètement. En t'exerçant à ressentir cela et en expérimentant le fonctionnement au ralenti, tu devrais vite comprendre que tu ne peux pas faire cela sur un piano droit et ressentir ce que cela apporte en sensibilité de jeu...

Je propose de tester pédale enfoncée pour ne pas brouiller la sensation avec celle de l'étouffoir, qui alourdit légèrement le toucher.

__________
(1) noix du marteau (Pleyel) ou sous le rouleau (Renner, Steinway, Schwander). Un petit peu plus sec sur Pleyel que sur les autres pianos.

Répondre