l'espace au-dessus du clavier

les pianautes au clavier
Répondre
catherine
Pianaute
Messages : 1002
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

l'espace au-dessus du clavier

Message par catherine »

L'espace au-dessus du clavier, c'est quelque chose dont on ne parle pas tellement et qui pourtant me semble jouer un rôle important dans le jeu. Il me semble que si j'en avais une perception plus fine (où il est exactement, comment je peux l'occuper, m'en servir, rebondir dedans, le rétrécir pour un jeu plus précis etc), je pourrais améliorer mon jeu d'une autre façon.
Comment percevez-vous cet espace ? est-ce que vous vous en servez consciemment ? quelle représentation en avez-vous, comment l'habitez-vous ? Est-ce que Josiane par exemple tu l'utilises d'une façon particulière ? Quel volume occupe-t-il pour vous ? quelles en sont les limites ?
... de quoi interroger ....

josiane
Pianaute
Messages : 721
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par josiane »

Bonsoir Catherine je t’avoue que je ne me suis jamais posé une telle question.
Par contre lors d’une audition à l’école de musique donc sur un piano droit je n’ai pas vérifié avant de m’installer que le pupitre était bien relevé et je me suis cogné la main dans un déplacement.
J’ai pu rabattre le pupitre lors d’un petit temps mort et j’ai bien dit aux élèves que c’était le truc à ne pas faire et qu’il fallait bien prendre le temps de s’installer avant de commencer à jouer sous peine d’une mésaventure semblable.
Après je n’y ai jamais plus réfléchi.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 2031
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Lee »

C'est une question très intéressante.

Je ne me sers pas consciemment de tout, mais quand je regarde les images des pianistes comme Boris Giltburg (qui joue toujours sur Fazioli avec une réflexion de ses mains très claire) je me dis que peut-être que je rate quelque chose avec un piano sans réflexion du clavier. Catherine, je crois que ton piano n'a pas non plus cette réflexion des mains à l'intérieur du couvercle de clavier, mais tu pourrais te filmer pour observer tes mains ensuite...

Sofia m'a donné une astuce pour mes derniers accords dans la ballade, elle m'a dit qu'il fallait que mes mains sautent entre les accords comme sur les ressors pour faire l'effet qu'il faut, un forté ample en son.

Avatar du membre
Chantal
Pianaute
Messages : 737
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:58
Localisation : Marseille
Piano : Schimmel S 116 Twin Tone

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Chantal »

catherine a écrit : mardi 12 sept. 2023 19:10 L'espace au-dessus du clavier
Comment percevez-vous cet espace ? est-ce que vous vous en servez consciemment ? quelle représentation en avez-vous, comment l'habitez-vous ? … Quel volume occupe-t-il pour vous ? quelles en sont les limites ?
Au début, j'avais lu un peu vite "l'espace au-dessous du clavier", ce qui m'avait plongée dans un abîme de perplexité… Mais non, même au-dessus du clavier, j'avoue n'y avoir jamais pensé.

[troll mode : ON]
Catherine, tu devrais poser ces questions à ChatGPT, je suis sûre qu'il aurait plein de réponses intelligentes (ben oui, c'est une IA) à te faire :mrgreen2:
[troll mode : OFF]

Lee a écrit : mercredi 13 sept. 2023 09:17 Sofia m'a donné une astuce pour mes derniers accords dans la ballade, elle m'a dit qu'il fallait que mes mains sautent entre les accords comme sur les ressors pour faire l'effet qu'il faut, un forté ample en son.
Tout à fait ! Ma prof m'avait fait travailler les deux derniers accords de la 2ème rhapsodie de Brahms ainsi : on plaque le premier accord avec le poids du bras (on laisse juste retomber le bras sur l'accord, et tant pis si au début, on tape à côté), puis le bras rebondit et retombe sur l'accord suivant. Résultat garanti…

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Marie-France »

catherine a écrit : mardi 12 sept. 2023 19:10 L'espace au-dessus du clavier, c'est quelque chose dont on ne parle pas tellement et qui pourtant me semble jouer un rôle important dans le jeu. Il me semble que si j'en avais une perception plus fine (où il est exactement, comment je peux l'occuper, m'en servir, rebondir dedans, le rétrécir pour un jeu plus précis etc), je pourrais améliorer mon jeu d'une autre façon.
Comment percevez-vous cet espace ? est-ce que vous vous en servez consciemment ? quelle représentation en avez-vous, comment l'habitez-vous ? Est-ce que Josiane par exemple tu l'utilises d'une façon particulière ? Quel volume occupe-t-il pour vous ? quelles en sont les limites ?
... de quoi interroger ....
J’avoue m’être posé la question de l’endroit désigné par « espace au-dessus du clavier » :smile: .
J’ai tout d’abord pensé à l’espace au-dessus du plateau d‘un piano à queue, puis je me suis rappelée, enfin il me semble, que tu as un piano droit, donc ça ne collait pas.
Enfin après avoir relu plusieurs fois l’énoncé (consigne que je donne régulièrement et que je n’ai visiblement pas appliquée, mais Chantal a fait pire que moi ! :kloun: ), je me suis posé cette fois, je crois, la bonne question.

Donc je crois que je l’occupe avec plein de courbes et de rebondissements, parfois dans toute son étendue. Je ne suis pas sûre d’avoir conscience de cet espace, par contre je suis vigilante sur mes gestes et je crois que dans l’ensemble j’essaie d’être au plus près du clavier.
Je me souviens d’une réflexion que je me suis faite il y a peu. Lorsqu’on fait un déplacement important on a l’impression que c’est loin, et donc difficile physiquement (et psychologiquement). On se met la pression, alors que c’est…… 20 cm plus loin. J’ai donc rétréci psychologiquement l’espace et ça s’est bien mieux passé après.

Concernant l’exemple de Lee, oui c’est absolument comme ça, mais j’apprends tout d’abord la précision du geste en déplaçant volontairement mains et bras au ralenti (image par image) pour voir, sentir, préciser toute la chaine d’articulations de l’épaule jusqu’au bout des doigts. C’est en effet une manière de s’approprier l’espace.

Catherine, je ne suis pas sûre d'avoir fait avancer ta réflexion! :???:

D'ailleurs, qu'est-ce qui t'a amenée à te poser cette question?

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 1435
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Claudia »

À mon dernier cours, mon prof m'a fait observer que je quittais cet espace pendant les silences de mon morceau. Ça m'a amenée à m'interroger, je me suis rendu compte que je n'y avais jamais accordé une attention sincère. C'est-à-dire que ponctuellement je peux y être sensible, de manière un peu volontariste et pas vraiment musicale, plutôt comme si je me regardais de l'extérieur, mais en fait ce n'est pas réellement habité.
À la manière dont il me l'a dit, j'ai eu l'impression que c'était important, et à l'étrangeté de cette observation pour moi (comme venant d'un "monde" qui m'est étranger), j'ai compris que j'ai du chemin à faire. Ce n'est pas seulement une habitude à prendre, c'est quelque chose de plus profond, de tout à fait essentiel, et qui pour l'instant m'est difficile d'accès.

catherine
Pianaute
Messages : 1002
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par catherine »

Je pense que cet espace fait partie du clavier et qu'on l'utilise de façon très différente, qui peut être spontanée (pour ceux qui n'y pensent pas, c'est sans doute souvent le cas) mais que si on ne l'utilise pas, on manque quelque chose (ce que tu dis Claudia). Et que si on l'utilise de façon consciente, on va approfondir.
Je ne pense pas que cela se résume au rebondissement des déplacements, qui en fait partie mais qui ne suffit pas.
Ce qui me fait m'interroger c'est:
- la différence visuelle entre les jeux très très sobres (Quazart et Michelangeli !) et ceux qui le sont moins , le fait que cette différence soit visuelle mais pas forcément audible, ce qui suggère que quand on ne fait apparement aucun geste mais que le son est très beau, on ne conçoit pas l'espace de façon identique.
- l'imprécision: j'ai souvent du mal à être précise sur les déplacements tant que je n'ai pas apprivoisé cet espace et il me reste beaucoup de travail.
- c'est aussi la suspension du temps, à certains moments si on sort physiquement de l'espace on sort de la musique
Et donc je pensais qu'il était davantage présent consciemment comme faisant partie du clavier et je suis assez surprise de vos réponses ! surtout qu'il change selon les circonstances (piano droit, piano à queue, 4 mains....

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 1435
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Claudia »

Je dirais que ça fait partie de "faire un avec son instrument". Par exemple Catherine depuis la 1e fois que je t'ai vue jouer j'ai senti que tu as un rapport charnel et entier à ton instrument, ce que je trouve très attirant visuellement et qui donne en même temps un son rond, plein, tout en étant net et précis; cet espace est habité musicalement. Je pense que certains pianistes "théâtralisent" cet espace tandis que d'autres l'intériorisent; cela donne des différences visuelles mais pas dans le son, puisque dans les deux cas il y a une unité, un naturel expressif.

catherine
Pianaute
Messages : 1002
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par catherine »

C'est vrai mais ça pour moi c'est l'espace "autour et avec"
l'espace "au-dessus du clavier" exploré suffisamment et habité doit aussi pouvoir améliorer techniquement le jeu.
Je ne sais pas comment m'exprimer: c'est un peu comme s'il y avait au-dessus du clavier un endroit qui est aussi le clavier, où on peut mettre du poids, du rebondissement, de l'élan, des limites, de l'énergie, et cet endroit je la sensation de ne pas l'avoir assez exploré et ne pas m'en servir suffisamment. Comme si je mettais des limites un peu étroites là où ça pourrait être plus grand et plus riche (ce n'est pourtant pas non plus une question d'amplitude de mouvement)...

Laure
Pianaute
Messages : 637
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 18:58
Localisation : PACA
Prénom : Laure

Re: l'espace au-dessus du clavier

Message par Laure »

J’ai exactement la même impression que Claudia sur ton jeu, Catherine, avec en plus une remarque je me suis faite une fois : tu as les pieds bien ancrés dans le sol, avec une assise solide, et pour moi (dans mon imagination, peut-être), c’était ce qui assurait ce son plein, parce qu’elle permet de "prendre possession" du piano, aussi facilement que tu t’empares de ta flûte plus légère finalement. Autre impression : tu me parais plus grande que ce que tu es quand tu es au piano. Mais ça pour toi c’est l’espace "autour et avec"…

J’ai tendance à me recroqueviller sur le clavier, c’est complètement inconscient, sur les passages difficiles je pense, ou quand je pense mettre une intensité particulière, je ne sais pas, comme une couturière sur sa machine, qui guide le tissu pour que la couture soit bien droite (ou comme une grand-mère qui tricote, une maille à l’envers, une maille à l’endroit). Je le sais car ma prof me fait alors une légère tape sur l’épaule pour me faire signe de me redresser. En lisant ton message initial, je me dis que c’est peut-être pour "rétrécir" le clavier, zoomer sur un espace réduit parce s’il est plus grand, je ne sais pas le mentaliser. De fait, quand je me redresse, je suis un peu perdue. Ma prof me dit "tu te crispes". Mon intuition, c’est que savoir conserver de la "hauteur" permet de projeter le son. Il faudrait réussir à être à la fois dedans et dehors, comme dissocié. Les pianistes sobres me fascinent, quand je les regarde je leur prête une immense imagination, j’aimerais savoir ce qui se passe dans leur tête. J’espère que Michelangeli (ou Quazart !) va nous répondre !

Répondre