Tempo, pulsation intérieure, rubato...

les pianautes au clavier
Répondre
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1272
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Lee »

Bonjour,

Je mélange tout, vous allez me dire. :tape:

Oui pour moi c'est très confu mais j'ai toujours eu trop de fluctuations de tempo (on m'a dit), dernièrement j'ai essayé de jouer plus régulière mais ça donnait l'impression (je crois) de jouer sans ou avec peu d'expression... je ne veux jamais jouer métronomique, c'est une raison que le métronome ne me convainque pas trop.

On parle de la fameuse pulsation intérieure mais je ne sais pas trop comment elle est acquise...

Et vous, vous êtes où ou vous arrivez comment dans tout ça ? Avez-vous des conseils ? Merci.

Avatar du membre
coignet
Administrateur
Messages : 513
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 15:27
Localisation : Paris
Piano : Pleyel F 1953

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par coignet »

Chanter la musique en cours de travail intérieurement, ou à voix haute, en marchant dans la rue ou la campagne et se calant sur les pas...

Les variations rythmiques, les retenues, le rubato, doivent se faire en retombant toujours sur ses pas, qui restent réguliers.

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 972
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Claudia »

Je pense que la pulsation intérieure se développe en la ressentant comme quelque chose qui fait partie du monde, de la vie, et pas d'une page écrite.
Par exemple, effectivement, en marchant, en chantant, en dansant le morceau.

Ou, en partant du monde objectif, tu contemples le mouvement des nuages, ou des reflets sur l'eau, ou le bruissement des feuilles, et essayes d'en ressentir le rythme, les ondes, la ligne. Là, rien de régulier, mais quand même c'est du temps qui bouge.
Parfois quand je suis à Paris je chantonne intérieurement les bruits que j'entends. C'est-à-dire, je transforme dans ma tête le bruit brut en quelque chose qui a une pulsation voire un chant.
Ou à la campagne, si j'entends un chant d'oiseau, j'essaye de le prolonger intérieurement, dans sa pulsation surtout.

Autre pratique qui aide, si j'écoute un morceau à la radio etc. j'essaye de marquer les temps, de le ressentir et de le prolonger dans ma tête. Pas facile du tout. Et je n'y arrive pas toujours, loin de là.
L'intériorité est une caisse de résonance sensible mais qui a besoin d'entraînement.

Une méthode qui m'a bien aidée est celle que Janos Starker conseillait à ses élèves, m'a-t-on dit: il s'agit de balancer son corps en jouant, en s'appuyant alternativement sur chaque pied. C'est très facile pour les mesures à 2 ou 4 temps, plus difficile pour celles à 3 temps, et c'est une étape particulière et tout à fait ad hoc dans le travail, puisqu'il faut oublier la pédale et il ne s'agit pas de jouer le morceau de manière expressive, mais d'encoder physiquement la pulsation.

Un prof me disait que pour vraiment intérioriser la pulsation, il fallait plusieurs fois de suite sur un même morceau pratiquer les trois méthodes alternativement, compter à voix très haute et distincte, un peu de métronome et la méthode de Starker, et y revenir dès qu'on sent que ça se dissout au-delà de ce que l'on veut, musicalement.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 858
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Line-Marie »

le métronome est utile temporairement, pour vérifier qu'on reste régulier dans une phrase donnée, si aucun rubato n'est indiqué par exemple.
Pour moi, le rythme, le tempo et la régularité structurent l’œuvre.
Au début de mon travail d'une pièce qui n'est pas évidente, je choisis un tempo, je l'identifie avec le métronome, je le marque sur la partition.
J'essaie de bien "caler" le morceau dans son rythme et sa régularité.
Il est presque inévitable d’accélérer dans un crescendo et de faire le contraire dans un decrescendo. Il suffit d'en prendre conscience et d'être vigilant.
Faire de la musique de chambre aide beaucoup à prendre conscience de la rythmique, du tempo et de la régularité, car il faut avancer ensemble !

catherine
Pianaute
Messages : 579
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par catherine »

En plus de ce qui a été dit: le morceau avance, prend sens, si on peut le penser, si on peut le chanter intérieurement et qu'il garde son sens. On peut parfois le penser à différents tempi, mais assez souvent il y en a un qui s'impose, ou au moins qui est plus facile. Ensuite on peut accélerer un peu ou ralentir un peu et il garde du sens et de la direction, oui alors il perd soin sens et sa direction . Tout cela aide à trouver le bon tempo ... La pulsation intérieure vient s'y appuyer, varie selon ce qu'on joue, mais sert de tuteur.

josiane
Pianaute
Messages : 496
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par josiane »

Je suis d’accord avec tout ce qui a été dit.
Je pense quand même que certains ont des facilités, comme partout.
J’ai toujour du mal à garder le même tempo, j’accélère et je ne m’en rends pas toujours compte même en comptant les temps.
J’ai répété cette après-midi avec ma collègue flutiste et sur un trait un peu délicat à mettre en place elle m’a dit que j’accélérais malgré un travail au métronome et le fait que je savais l’endroit fragile et que j’y faisais particulièrement attention.
Je ne dois pas avoir la pulsation intérieure parce qu’il m’arrive de faire des erreurs grossières.
Notez que je préviens ceux avec qui je dois jouer, tant pis pour eux s’ils prennent le risque.

Avatar du membre
Hémiole
Pianaute
Messages : 532
Enregistré le : lundi 1 juil 2019 21:08

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Hémiole »

Josiane dit vrai : on n'est pas tous égaux. On a tous plus ou moins des lacunes ou des talents, pas tous les mêmes. Certains points vont donc demander plus de travail conscient aux uns qu'aux autres.
Pour le respect du tempo, de la pulsation, mon prof me fait appliquer une des méthodes citées déjà par Claudia : compter à voix haute enjouant (lentement au début !). Il repère aussi les passages où les doigts sont moins clairs, et entrainent une accélération non contrôlée : consolider le jeu dans ces passages par de petits exercices (genre redoublement des notes) permet alors de mieux rester dans le tempo.
"Les arts sont le plus sûr moyen de se dérober au monde ; ils sont aussi le plus sûr moyen de s'unir avec lui."
Franz Liszt

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1272
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Lee »

Merci beaucoup pour toutes vos explications qui vont m'aider non seulement avec Chopin.
Ça veut dire que je dois marcher plus dans la nature qu'entre les moyens de transport qui m'inspire pas le chant dans la tête... :roll:
Claudia a écrit : lundi 27 janv 2020 16:30 Parfois quand je suis à Paris je chantonne intérieurement les bruits que j'entends. C'est-à-dire, je transforme dans ma tête le bruit brut en quelque chose qui a une pulsation voire un chant.
Néanmoins j'ai essayé de transformer le bruit de bis en chant, c'était rigolo !

Oui je suis naturellement désavantagé mais ça je le savais... :cry:

Vincent
Pianaute
Messages : 730
Enregistré le : mardi 25 juin 2019 01:10

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par Vincent »

Rassure-toi Lee, tu n'es pas la seule... :oops:
La pulsation (qu'elle soit intérieure ou extérieure) et moi, on n'est pas très copains. J'en ai une approche beaucoup plus intuitive qu'autre chose.

catherine
Pianaute
Messages : 579
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: Tempo, pulsation intérieure, rubato...

Message par catherine »

Je pense aussi que ça s'apprend. Les autres membres de ma famille ayant une approche jazz soufflante savent parfaitement improviser en restant dans la pulsation du morceau alors que moi... si j'essaye je me perds rythmiquement tout de suite

Répondre