Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

concerts, publications, radio, disques...
Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par Marie-France »

Merci pour cet échange :D: . Je me replonge dans les profondeurs mystérieuses de l'écriture musicale.

Par exemple, dans la Fantaisie de Schubert, mesure 57 à 74 il est en fa mineur (4b), introduit un fab (pourquoi pas un mi bécarre en do# mineur) pour se retrouver en réb mineur (8b, enfin 7 + bb), d'où des bb partout pour se retrouver en la mineur mesure 74 avec plus rien à la clé.
Il aurait pu passer de fa mineur à do# mineur (4 #).

floyer
Pianaute
Messages : 126
Enregistré le : lundi 27 janv. 2020 13:15
Localisation : Montigny le Bretonneux
Piano : Yamaha CLP-150 (Clavinova)
Prénom : Frédéric
Contact :

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par floyer »

Cet exemple ainsi que le cas de la septième diminuée de mon lien précédent lien me fait penser à une vidéo prise à l’ENS-Lyon au sujet des gammes majeures et mineures.

http://www.ens-lyon.fr/asso/groupe-semi ... ?id=mbroue

(La vidéo est assez originale dans son approche : aucune prise en compte des consonances par exemple, que des maths).

Je connaissais déjà les possibilités de modulation entre gammes majeures : en changeant une seule note, on passe à une tonalité voisine.

Pour les gammes mineures, elle disposent toutes de 4 notes que l’on retrouve à l’identique dans 3 autres gammes mineures, ce qui permet des modulations naturelles en passant par un tel accord (septième diminué). Ce sont des modulations +3# ou +3b. De plus, 3 notes d’une gamme mineure se retrouvent de même à l’identique dans 2 autres gammes mineures, ce qui peut amener à des modulations naturelles +4# ou +4b. Dans ton exemple, c’est +4b. Les notes de transition sont mi/fab, lab et do (bécarre) que l’on retrouve en la mineur (mi, sol#, do).

Effectivement, un réb mineur est plus proche du fa mineur, mais vu la résolution en la mineur, choisir un do# mineur aurait été aussi logique, et plus simple à lire.

Il est intéressant de voir un cas concret !

EDIT : De quel Fantaisie s’agit-il ? Celle en fa mineur (D.940) ne présente pas le passage en réb mineur. (Ceci-dit cette dernière présentent pas mal de changements d’armure sans que je trouve les notes communes au voisinage du changement).

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par Marie-France »

Merci pour ces vidéos. J'ai commencé la première mais c'est un peu long à vrai dire et je ne crois pas que j'aurai le temps de tout écouter. Ceci dit c'est fort intéressant, merci.
Oui il s'agit de la Fantaisie en fa op 103, à 4 mains.
La modulation en réb mineur dont je parle s'effectue subrepticement (comme toutes les modulations chez Schubert d'ailleurs), entre les mesures 64 et 65 par l'arrivée de l'accord réb fab lab au secondo, mais l'armure reste inchangée

floyer
Pianaute
Messages : 126
Enregistré le : lundi 27 janv. 2020 13:15
Localisation : Montigny le Bretonneux
Piano : Yamaha CLP-150 (Clavinova)
Prénom : Frédéric
Contact :

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par floyer »

Du coup, la notation est assez logique. En passant en réb mineur (en non do# mineur), on limite le nombre d'altérations accidentelles (majoritairement le fab, puis les deux autres : solb, sibb). Pour passer en do#, il faudrait probablement changer d'armure pour faire bien.

Je note l'approche très progressive : on introduit le mibécarre/fab sur 4 mesures , puis ensuite les autres notes.

A défaut d'avoir les 3 notes communes pour faire la transition, on notera qu'il y en a 2

NB : Il est vrai que la vidéo est un peu longue, mais j'ai résumé les points les plus importants à mon humble avis.

floyer
Pianaute
Messages : 126
Enregistré le : lundi 27 janv. 2020 13:15
Localisation : Montigny le Bretonneux
Piano : Yamaha CLP-150 (Clavinova)
Prénom : Frédéric
Contact :

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par floyer »

Je suis en train de lire L’art de jouer du piano (Alexandre Sorel), et tombe sur un passage qui me fait penser à ce fil :
L’art de la modulation chez Shubert est comme une extraordinaire palette de peinture, qui comporte autant de différentes couleurs et de nuances de l’âme que dans l’art des peintres Flamands. Dans l’impromptu Op90. Par exemple, Schubert commence en La bémol mineur (tonale comportant beaucoup de bémols). Puis il module vers des tonalités extrêmement éloignées dans le cycle des quintes : si mineur, sol# mineur, avec beaucoup de dièses… un peu plus loin, Schubert accomplit une sorte de miracle avec la tonalité (que l’on peut comparer à la performance d’un gymnaste qui retombe sur ses deux pieds après avoir exécuté un triple saut périlleux) il revient subitement à la tonalité de La bémol. Il l’a transforme aussi en tonalité majeure. Tout cela apparaît à l’oreille comme un véritable tour de prestidigitation harmonique qui est rendu possible grâce à l’enharmonie qui produit un extraordinaire effet d’éclairage.

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par Marie-France »

Merci floyer.

Je viens de lire entièrement ce livre que je vais désormais garder sous le coude tant il est truffé de bons conseils et de réflexions pertinentes.

Il parle aussi de la tonalité de départ (et d'arrivée donc) comme d’une boussole harmonique à garder dans l'oreille tout le long.

J'aime aussi beaucoup ce passage: "On peut dire que le système des tonalités et des modulations.... ressemble au système des planètes dans le vaste univers: le Soleil est la tonalité principale de l’œuvre (le centre du système), la terre (par exemple, le Ton de la dominante) serait son satellite, et la lune (le ton relatif de la dominante) serait un satellite de la terre. Les modulations passagères seront considérées comme des satellites plus ou moins proches de l'astre principal."
Schubert nous invite donc dans un magnifique voyage "interstellaire"!

floyer
Pianaute
Messages : 126
Enregistré le : lundi 27 janv. 2020 13:15
Localisation : Montigny le Bretonneux
Piano : Yamaha CLP-150 (Clavinova)
Prénom : Frédéric
Contact :

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par floyer »

Cette histoire de satellites… avec une vision imbriquée voire récursive me fait penser au logiciel Map Tonal Harmony.

Je ne trouve pas le logiciel pratique sur mon iPhone, mais le principe est de jouer une grille d’accord et afficher la progression sur une carte (là, c’est la carte complète, il y a des versions simplifiées) :

Image

On voit dans les coins les pictogrammes de 3 régions : maison en bas à gauche : tout le secteur est celui de la tonique (maison donc repos), la sous dominante est représentée par une montagne (un peu de tension), et la dominante par des vagues agitées. L’idée est d’afficher les accords possibles et les progressions types (dans un cercle, les accords sont placés selon le cycle des quinte : le I à 12h, le V à 1h, le II à 2h, etc). On trouve des accords type de chacune des 3 régions et d’autres qui gravitent autour…

Par exemple, un cas simple analysé avec cette carte :



Je n’ai pas pris le temps d’analyser, mais cette histoire de boussole, par association d’idée……

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par Marie-France »

Merci très intéressant!
Par contre je ne connaissais pas ce logiciel. Je l'ai cherché sur le net, mais il n'est pas accessible de mon PC sous windows ni de mon smartphone sous Androïd, même avec l'émulateur téléchargé. Connais-tu d'autres logiciels traitant de ce sujet et de cette qualité?

floyer
Pianaute
Messages : 126
Enregistré le : lundi 27 janv. 2020 13:15
Localisation : Montigny le Bretonneux
Piano : Yamaha CLP-150 (Clavinova)
Prénom : Frédéric
Contact :

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par floyer »

Malheureusement, non.

Je suis tombé par hasard sur ce logiciel en cherchant une alternative à iReal Pro, mais ce dernier ne fait que jouer une grille d’accord sans représentation graphique (c’est plutôt fait pour être accompagné sur de la variété, ce qui est plutôt sympa… mais je joue trop de classique pour que cela ait une utilité au quotidien. Intéressant avec ma partition de Mistral Gagnant… ce qui me fait travailler mon synchronisme avec d’autres instruments)

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 1039
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Le pouvoir expressif et affectif des tonalités

Message par Marie-France »

Bon ce n'est pas grave. Je finirai peut-être par trouver quelque chose d'approchant.

Je viens vous faire partager un passage, toujours de ce livre de Sorel (p54), parlant des modes Majeur et mineur:

"... Schubert, par exemple, a une vision beaucoup plus subtile du "joyeux" et du "triste"....... Alfred Brendel explique (dans "Le voile de l'Ordre"):
"L'oscillation entre les modes Majeur et mineur est vraiment typique. On la retrouve peut-être chez d'autres compositeurs, mais chez Schubert, elle a parfois un effet littéralement paradoxal. En règle générale, on peut dire que le mineur, pour lui, représente la réalité, c'est-à-dire la difficulté et le combat de la vie; et que le Majeur exprime la nostalgie, ce qui est hors d'atteinte; le besoin utopique du bonheur. "Là où tu ne te trouves pas, se trouve le bonheur" comme on dit dans Der Wanderer..."

Je trouve cette façon de voir de Brendel absolument éclairée! D'ailleurs j'adore les interprétations de Schubert par Brendel!

Répondre