Juste histoire de jouer du piano...

les pianautes au clavier
Répondre
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1272
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Juste histoire de jouer du piano...

Message par Lee »

Je me demande ce que vous faites ou comment vous faites avec les histoires qui accompagnent les œuvres de piano que vous jouez ou voulez jouer. Bien sûr il y en a à la pelle, je crois ne pas avoir besoin de les citer, j'espère que vos réponses vont les aborder un peu...

Il y a bien longtemps j'ai lu le poème/histoire pour la 4ème ballade de Chopin, et j'étais bien désorientée par cette histoire tellement fade, banale, aucune étincelle, bof bof bof (mauvaise traduction ?). Donc je me suis dit, ce n'est pas grave, je m'en fiche, à quoi ça sert de faire attention à l'histoire inintéressante par rapport l'œuvre de piano la plus belle de tout temps (pour quelques personnes comme moi) ?

Et puis, plus je faisais ma lecture à vue d'ici et là, l'histoire m'est revenue. Tiens, ça doit être là qu'ils partent, et là, où ça sonne si solennel, le mariage de premier fils. Ah, et ça doit être là qu'il y a un coup de magie qui fait qu'un ou les deux autres trouvent une femme. Et là, forcément le portail magique qui les livre tout d'un coup sain et sauf rapidement avec leurs femmes dans leur pays d'origine...

Merci !
:wink:

Marie-France
Pianaute
Messages : 610
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Marie-France »

Pour moi, Schumann. J'avais joué peu de choses de ce compositeur, et cela ne m'emballait pas plus que ça. J'y suis venue par Brahms que j'adore. J'ai commencé par lire diverses choses et j'ai découvert cette relation étroite qui existait entre lui, Clara et Schumann. C'est ainsi que je me suis penchée sur la vie de Schumann... une vie particulière... Et puis, l’existence de Florestan et Eusebius. Cela a totalement éclairé pour moi son œuvre et évidemment son interprétation.

Avatar du membre
Midas
Pianaute
Messages : 189
Enregistré le : samedi 6 juil 2019 22:16
Prénom : Mon vrai blaze: Patrick

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Midas »

Paradoxalement, je ne suis pas sûr de toujours avoir envie de connaître l'histoire de la genèse d'une oeuvre. Les plus magnifiques ne sont pas sorties comme des traits de génie de la tête du compositeur et ont été beaucoup retravaillées. C'est le cas notamment des oeuvres de Ravel, un compositeur très peu prolifique au piano mais qui faisait du travail d'orfèvre. Parfois, certains détails détruisent le mythe. En parlant de Chopin par exemple: son étude 23 ("vent d'hiver") est pour moi un sommet de la musique de piano. Mais une très grande partie de sa force vient de son introduction apaisée, suivie d'un déferlement de fureur. Or, l'introduction apaisée n'est pas de l'inspiration de Chopin, elle lui a été suggéré par un ami inconnu et a été greffée sur une pièce qui attaquait bille en tête le déferlement de notes, que l'on retrouve dans une majorité de ces études.

catherine
Pianaute
Messages : 579
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:21

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par catherine »

C'est comme quand on entend une interview d'écrivain: parfois c'est vraiment important de l'avoir entendu car ça donne un éclairage et une compréhension particulière qu'on n'avait pas envisagés, et parfois, ça casse un peu l'image qu'on avait ... malheureusement on ne le sait pas à l'avance :shock:

Gruppetto
Pianaute
Messages : 56
Enregistré le : dimanche 23 févr 2020 19:23

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Gruppetto »

Tout à fait. J'en ai tiré la leçon qu'on prend le risque d'être déçu mais que si on ne le prenait pas, on n'aurait pas de bonnes surprises...

Avatar du membre
Quazart
Pianaute
Messages : 60
Enregistré le : lundi 27 janv 2020 12:40
Localisation : Notre Dame du Guilo et Rueil Malmaison
Piano : Yamaha C1X, Kawaï CA67
Prénom : Patrick

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Quazart »

Lee a écrit : lundi 17 mai 2021 21:21 Il y a bien longtemps j'ai lu le poème/histoire pour la 4ème ballade de Chopin, et j'étais bien désorientée par cette histoire tellement fade, banale, aucune étincelle, bof bof bof (mauvaise traduction ?). Donc je me suis dit, ce n'est pas grave, je m'en fiche, à quoi ça sert de faire attention à l'histoire inintéressante par rapport l'œuvre de piano la plus belle de tout temps (pour quelques personnes comme moi) ?
Je n'arrive pas à croire à cette histoire... Chopin inspiré par une oeuvre littéraire, bof !.....
J'ai toujours vu les Ballades comme... des ballades anciennes, des histoires d'amour, pour la 4ème une hypothèse crédible est qu'elle aurait été inspirée par les décès successifs de son professeur Zywny et surtout de son ami Jan Matuszynski.
Mais quelle importance ? La seule chose qui compte c'est l'émotion que ces oeuvres nous inspirent...

Vincent
Pianaute
Messages : 730
Enregistré le : mardi 25 juin 2019 01:10

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Vincent »

J'ignorais cette relation entre le poème de Mickiewicz et la 4ème ballade de Chopin. Je vois que Cortot s'en est fait le messager aussi, sur la base de dires de Schumann. On ne saura sans doute jamais la vérité.

Mais comme ma curiosité a été éveillée, j'ai réécouté la ballade (par Rubinstein), avec sous les yeux le poème (dans une traduction anglaise, je n'en ai pas trouvé en français) de Mickiewicz.

Et franchement, je ne vois ni n'entends rien qui pourrait rattacher l'un à l'autre... :???:

En même temps, je sais que j'ai l'imaginaire assez peu développé lorsqu'il s'agit de "visualiser" des pièces instrumentales. Des émotions, oui, bien évidemment. Mais des images, non, jamais. Seule la musique symphonique parvient - parfois - à en évoquer en moi.

Avatar du membre
Claudia
Pianaute
Messages : 972
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:39
Localisation : Pianaute des champs
Piano : Seiler 180
Schimmel 116
(Kawai ES8)

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Claudia »

Je crois qu'il est impossible pour nous de vraiment comprendre le lien, je veux dire nous ne sommes pas nourris de ce type de poésie (Adam Mickiewicz était très connu dans les cercles que fréquentait Chopin à Paris, ils se connaissaient), et sans doute y a-t-il des liens à la Pologne, à la langue, à une tradition, à une exploration des mythes, qui nous sont complètement étrangers et qui ne deviennent familiers qu'avec une longue fréquentation de ces textes. D'autre part je ne crois pas que le lien soit illustratif; la musique de Chopin ne "reprend" pas le texte, n'illustre pas le texte. C'est plus largement le thème de la Ballade, le départ du foyer, le père qui ordonne d'aller au loin chercher quelque chose et les fils qui reviennent avec "autre chose", mais qui en même temps était exactement ce que le père avait trouvé lui-même, sorte de circularité étonnante dans ce poème, les choses sont accomplies depuis le début; la fin aussi est étonnante, c'est tellement accompli que le père l'anticipe. La Ballade c'est un peu ce chemin, cette transformation de quelque chose qui est déjà là. Quand on pense que Chopin a quitté la Pologne, que son père lui-même avait quitté la France; que cette génération connaissait l'exil, la sensation de trahison, l'idéal, la rébellion et la nostalgie.... je pense que c'est plus un lien intime et abstrait, un univers de fraternité, de filiation, une passion, un lien fort mais difficile à saisir.
Mais en réalité, tout cela ce sont mes élucubrations purement imaginaires, un autre lecteur y verra autre chose sans doute !

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1272
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par Lee »

Merci pour tous vos témoignages intéressants. :smile:

J'aime bien et je me retrouve, Claudia, dans ton interprétation (parce que je ne le trouve pas une "élucubration" dans le sens d'erreur)
Claudia a écrit : mercredi 19 mai 2021 20:31 C'est plus largement le thème de la Ballade, le départ du foyer, le père qui ordonne d'aller au loin chercher quelque chose et les fils qui reviennent avec "autre chose", mais qui en même temps était exactement ce que le père avait trouvé lui-même, sorte de circularité étonnante dans ce poème, les choses sont accomplies depuis le début; la fin aussi est étonnante, c'est tellement accompli que le père l'anticipe. La Ballade c'est un peu ce chemin, cette transformation de quelque chose qui est déjà là. Quand on pense que Chopin a quitté la Pologne, que son père lui-même avait quitté la France; que cette génération connaissait l'exil, la sensation de trahison, l'idéal, la rébellion et la nostalgie.... je pense que c'est plus un lien intime et abstrait, un univers de fraternité, de filiation, une passion, un lien fort mais difficile à saisir.


Je me rends compte, en lisant toutes vos réponses concernant la 4ème ballade, d'avoir raté une étape dans mes pensées. :houhou:
C'était ce masterclass.
L'aura d'Inon Barnatan et ses grognements :oops: (je ne pense pas qu'on puisse dire "chants") m'ont rendue tellement gênée par son intervention que j'ai vite arrêté la vidéo, mais voilà je mets le lien où il commence à aborde l'histoire des trois frères qui allaient chercher leurs vies, il affirme qu'on peut interpréter le début comme chaque frère qui réitère le thème et l'amène plus loin. J'avais déjà lu le poème avant de regarder cette vidéo mais c'est probablement la raison pour mes questionnements ensuite pendant mes mini-minuscules lectures à vue...

Bon, je vais m'efforcer de terminer la vidéo, il y aura forcement du bon à glaner pour une petite pianiste comme moi. :oops:
Mais je profite pour vous signaler ce cours avec Neuhaus que j'étais ravie de découvrir en retrouvant l'autre pour vous :

JPS1827
Pianaute
Messages : 508
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:11
Localisation : Bourg-la-Reine

Re: Juste histoire de jouer du piano...

Message par JPS1827 »

Je suis très ambivalent par rapport à ce genre d'histoires. Bien sûr j'en ai lu beaucoup dans mon enfance, mais en même temps toute explication sur " le sens d'une œuvre " m'ennuierait plutôt, et je reconnais que j'aurais facilement tendance à administrer ce genre d'explications à d'autres. En fait je crois que nous nous racontons nos histoires personnelles, plus ou moins inspirées par ce que nous avons pu en lire, mais que nous nous illusionnons sûrement beaucoup. L'idée que nous pourrions nous faire du récit épique de Conrad Wallenrod et de sa terrifiante conclusion en travaillant la 1ère Ballade est sûrement très éloignée de l'imagination de Mickiewicz ; de même l'idée que nous pouvons nous faire d'Eusebius et de Florestan est probablement inappropriée, Schumann reste situé dans un univers littéraire et fantasmatique qui nous reste obstinément étranger. La lecture de Kreisleriana d'Hoffmann ne m'a autrefois mené qu'à une grande déception. Il me semble que la musique reste abstraite, que chacun à son tableau plus ou moins impressionniste en tête en écoutant Reflets dans l'eau, et que la connaissance des références multiples n'aide pas forcément la musique à être entendue.

Répondre