Comment avez-vous appris le piano ?

transmission, technique…
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1356
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Lee »

Bonjour,

Je me suis dit que ce fil pourrait servir et comme une présentation des membres de Pianautes et un moyen d'apprendre un peu par chaque Pianaute : ce qui a apporté des résultats ou était plus motivant ou au contraire ce qui était une perte de temps, etc. peut servir d'autres.

Dans mon idée initiale, je devais présenter mon histoire pour ouvrir...et puis je préfère finalement ne rien donner comme trame pour débuter, mais plutôt laisser chaque pianiste parle de leur expérience comme souhaité. Je pense que les histoires des pianistes qui ont débuté adulte seraient aussi voire plus précieux ici pour nous encourager et motiver. Je promets rendre ma propre copie un peu plus tard. :saint:

Merci !

josiane
Pianaute
Messages : 536
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par josiane »

Belle idée Lori.
Moi j’ai commencé à 5 ans. Dans l’école où j’étais c’était obligatoire pas moyen d’y échapper. On entrait au CP on commençait le piano point.
Je me souviens que j’aimais déjà beaucoup la musique.
Mes parents n’étaient pas musiciens du tout et n’avaient pas la culture ni la curiosité ni les occasions de s’y intéresser.
J’ai un souvenir très précis par contre.
La fin d’année juste avant de rentrer au CP dans la cour de récréation ma copine Frédérique qui avait un an de plus que moi a dit
« Bon je vais au piano »
Et moi sans savoir de quoi il s’agissait j’ai dit
« Moi aussi »
Et je l’ai suivie.
Je me souviens qu’elle m’a joué quelque chose puis sa prof qui n’était pas commode est arrivée et m’a fichue à la porte…
Après j’ai des souvenirs très vagues de ma première année.
Malheureusement la prof que j’ai eu n’était pas très compétente pour les tout petits. Elle a fait de son mieux, je l’ai côtoyée longtemps et la vois encore de temps à autre.
Elle était étudiante en histoire-géo et complétait ses fins de mois avec quelques cours de piano vu qu’elle avait quand même été élève au conservatoire.
Mais trop peu d’expérience et sans doute trop jeune.
Par contre je me souviens parfaitement de ma première audition de fin d’année.
J’étais très impatiente, aucun trac, parce que je n’avais rien compris de ce qu’on attendait de moi je voulais juste jouer qu’il y ait du monde ou pas ça m’était égal. Pour moi le piano c’était un terrain de jeux infini.
Lors de la répétition générale il y avait beaucoup d'élèves donc aussi des grands.
Nous jouions dans la salle des fêtes de l’école sur un Pleyel quart de queue que nous n’avions pas le droit d’utiliser en dehors des auditions.
L’un des grands a trouvé malin de me dire qu’il y avait une bête qui dormait dans le piano et que si je me trompais elle viendrait me mordre les doigts… et que c’était pour ça qu’on disait piano à queue…
Du coup je ne voulais plus toucher le piano il a fallu que ma prof l’ouvre pour bien me montrer qu’il n’y avait trace d’aucune bestiole à l’intérieur.

Avatar du membre
Mona
Pianaute
Messages : 456
Enregistré le : mercredi 10 juil 2019 20:12
Localisation : Bordeaux
Piano : Félicien (Pleyel F 1931)
Prénom : Cunégonde

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Mona »

Oui très bonne idée Lee !

Haha excellent l'origine de la dénomination "piano à queue" !! :D: L'imagination (et la perversité....) des enfants est sans limite....
C'est joli Josiane, la façon dont tu as rencontré le piano... "un terrain de jeux infini"... en effet, la dimension d'infini est quelque chose qui m'est venu quand j'ai commencé le piano.... jouer jusqu'à la fin de ses jours ne suffira pas à épuiser le répertoire... pas de limite non plus au travail qu'on peut fournir pour tenter de trouver le toucher le plus adapté, la sonorité la plus riche, le geste le plus juste... c'est une tâche sans fin, à renouveler sans cesse, sans que rien ni personne ne puisse jamais dire : "ça y est c'est terminé". Loin d'être décourageant, c'est une ouverture vers une forme d'absolu, qu'on n'atteindra jamais, mais vers lequel on peut tendre, et ça fait partie pour moi de la magie du piano.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1356
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Lee »

Merci Josiane pour tes histoires intéressantes.
Je me souviens qu'il y avait un moment magique que tu as joué Bach sur une orgue d'une église toute jeune. Ça ne t'a pas donné envie de convertir en organiste ?

josiane
Pianaute
Messages : 536
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par josiane »

J’ai toujours aimé l’orgue, j’ai un peu essayé mais avec le pédalier c’est vraiment très difficile.

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 686
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Marie-France »

Josiane, avec le recul cette histoire nous fait beaucoup rire :D: , mais j'imagine la petite fille que tu étais complètement terrorisée! Quel nigaud celui-là! :shock:

Personnellement, je ne me souviens pas vraiment comment j'ai appris à jouer. J'avais retrouvé une photo de moi à 4 ans jouant sur notre piano droit à chandeliers. Mes parents étant pianistes amateurs de bon niveau, évidemment, ont dû me montrer plein de choses, mais je n’en ai aucun souvenirs, sinon celui de mon père me montrant comment déchiffrer une partition en grosses notes (je crois le recueil "Je joue pour maman" de Tansmann). Puis les multiples partitions qui trainaient sur le piano et que je n'avais de cesse de déchiffrer: sonates de Mozart, Beethoven .... 4 mains
Car je n'ai finalement pris des cours qu'à 12 ans au Conservatoire de Bourg-la-Reine dans la classe de Melle Laguerrie (je ne suis pas sûre de l'orthographe). Ça parlera peut-être à quelqu'un ici! Et bizarrement, ce premier contact avec un conservatoire reste très flou.
Par contre moi aussi, je me souviens de mon premier examen. Une grande salle, le directeur et le jury attablés, le piano sur la scène et quelques personnes dont mes parents. Moi j'étais en larmes. Je ne voulais pas y aller tellement j'étais terrorisée. Mais j'ai été obligée, et je suis montée sur scène en larmes et j'ai joué les yeux totalement embués. Apparemment ça avait marché tout de même. Mais je serais incapable de vous dire ce qui s'est passé à part mes larmes infinies..

Avatar du membre
Midas
Pianaute
Messages : 194
Enregistré le : samedi 6 juil 2019 22:16
Prénom : Mon vrai blaze: Patrick

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Midas »

J'ai déjà raconté dans un autre fil comment je me suis mis au piano tout seul, en jeune adulte, pour imiter ma mère qui jouait beaucoup de Bach et de Mozart. Auparavant, je m'étais quand même essayé à pianoter la "Méthode Rose" de mon frère, qui prenait des cours régulièrement. Vu mon caractère, ma mère avait préféré me mettre à un instrument plus facile: la clarinette, dont j'ai fait un an au conservatoire avant d'arrêter, le prof s'occupait très mal de moi (pourtant, c'était un ami de ma mère). J'ai réussi l'examen avec un ou deux canards, par contre, j'avais eu une excellente note en solfège alors que je ne mettais pas les pieds en cours, mais je chantais très juste encore (je n'avais pas encore mué). Ce n'est qu'après que j'ai regretté de ne pas savoir lire vraiment bien la musique, déficit que je traîne jusqu'à maintenant.

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1356
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Lee »

Merci Midas et Marie-France pour vos témoignages que j'ai bien apprécié lire. :smile: Marie-France je ne savais pas que tes parents étaient pianistes amateurs, ça ajoute encore au contexte.

Ma mère m'a toujours dit que je commençais le piano vers l'âge de 7 ans. Mais il y a 2 ans, quand elle m'a donnée un album de photos, j'ai découvert une photo en noir et blanc de moi et elle au piano, nos yeux sur une partition pour les enfants, elle avait le doigt sur la partition, la photo date de 1977 quand j'avais 4 ans. Elle a des bonnes notions des notes grâce au chant d'opéra qu'elle a appris sérieusement jeune, elle peut identifier les notes de la clé de sol sur le piano, donc elle aurait dû être mon premier contact avec le piano. Je ne me souviens pas qu'elle m'avait appris des notes au piano, mais je ne me souviens pas un moment sans le piano qu'elle a acquis pour que je pratique l'instrument, un petit spinnet Baldwin. Ce piano ne paie pas de mine, il est tout petit et au contraire absolu des conseils ou avis des pianistes ou profs de piano, les touches sont toutes légères mais très réactives, on peut faire à l'infini des pp et ppp sans trou. Maintenant avec du recul et des commentaires de mes profs actuelles, je me demande si mes faiblesses et forces viennent de là, on me dit que j'ai un toucher sensible mais que j'ai un son souvent trop petit.

La seule chose que je me souviens de mon premier cours de piano : ma mère a demandé au prof s'il prenait des adultes débutantes, elle s'intéressait pour elle. Il a demandé si elle avait le temps à s'engager dans la pratique de piano, elle a réfléchi un moment et elle lui a répondu probablement pas. Alors tant pis, les cours n'étaient que pour moi, l'enfant réalise les rêves de sa mère (un peu). :roll: Je suis un peu envieuse des personnes qui racontent qu'elles ont choisi leur instrument, je me demande toujours si j'avais été présenté à plusieurs instruments, si je serais arrivé là avec cet instrument aussi difficile. :gaga: Ce sont les fantasmes d'une fille gâtée avec un maman qui donnait dès un petit âge l'instrument et les cours réguliers.

De mes souvenirs, il y avait toujours au moins une semaine mains séparées puis main ensemble. Sur la partition il y avait écrit beaucoup de 1 + 2 + et je me souviens d'avoir des problèmes de comprendre des rythmes (comme toujours). Je crois que mon prof était très bien pour expliquer gentiment et pour que je m'intéresse au piano. Le premier morceau qui reste dans mes souvenirs malheureusement je ne connais pas le titre, mais ça faisait les arpèges de do par une main et puis l'autre et encore puis partait dans un thème en mineur mains ensemble, ça semblait couvrir tout le clavier, ça envoyait un effet avec peu de temps au piano. :cool: Il est né en Estonie mais il a vécu plusieurs années aux Etats-Unis, je ne connais rien de comment solfège est enseigné là-bas, mais il m'a appris juste un peu petit à petit, ce qu'il fallait pour pouvoir jouer comme il semble que beaucoup d'américains apprennent, j'avais parfois un petit article d'une page de temps en temps qui expliquait des concepts "music theory" qui était donné parfois en plus de mes devoirs au piano. C'était pas mal mais pendant 5 ans je n'ai pas appris les tonalités ! Je n'avais pas trop le trac pendant les auditions que le prof a organisé chez lui, c'était bien passé. Je me souviens qu'il a exigé qu'on ne salue pas comme un vrai concert, et que les parents restent à l'écoute aveugle dans une salle à côté, alors que mes parents m'ont exigé de saluer, j'ai pu suivre les instructions de mon prof. :mask:

Quand nous avons déménagé à un autre état, j'ai eu des cours avec une vieille veuve qui parlait plus qu'elle m'apprenait ou m'écouter au piano. Parler de tout et rien est une piège à éviter pour les adultes quand on s'entend bien mais pour les enfants peu bavardes c'est peu pardonable...je ne me souviens plus comment ma mère a su qu'elle jetait l'argent un peu par la fenêtre mais elle m'a trouvé une prof qui donnait des cours à une université. Mais étant ma mère, elle a préféré mentir à la prof, elle a inventé une histoire de déception grave que je n'arrivais pas à jouer le concerto empereur de Beethoven dont elle a procuré la partition (rêve de mon père, mais j'ai joué la grande partie de deuxième mouvement seule). C'était dommage parce qu'à une audition de plusieurs profs où j'étais avec la prochaine prof, elle en a parlé...

La dernière prof de mon adolescence dans le cadre d'université était rigoureuse, c'était grâce à elle que je peux faire un peu de lecture à vue, pendant un an, elle m'a forcé de faire à chaque cours. Elle m'inscrivait pour des concours et des auditions. Mais elle m'a fait jouer toujours Bach, même un ancien morceau que j'avais déjà appris, le 13ème invention. (Du coup je peux toujours jouer cette invention.) Elle m'a donné aucune œuvre romantique sauf ceux qui étaient les standards dans les recueils - le 4ème et 6ème préludes de Chopin. A part un concerto de Mozart, j'avais l'impression qu'elle m'a jamais donné des vrais défis. Et avec Bach, il y avait toujours une œuvre contemporain ou moderne que je n'aimais pas, Bartok ou Chostakovitch ou je ne me souviens plus qui. Du coup, la majorité de temps, je n'aimais pas ce que je jouais donc je n'aimais plus le piano. J'ai voulu arrêter des cours surtout que mes répétitions de show choir prenaient beaucoup de temps, et c'était beaucoup plus sexy, on chantait la variété, on dansait, il y avait des camarades de classe. Et j'étais soulagée que ma mère a enfin accepté que j'arrête, je n'étais pas obligée de faire la grosse audition de plusieurs œuvres la dernière année de piano comme j'ai vu d'autres élèves faire. :mrgreen:

On dit que c'est à l'adolescence que la confiance et l'amour propre des filles chutent dramatiquement, je ne sais pas si c'est lié à pourquoi le trac sabotait autant mon jeu, mais du coup, je détestais non seulement les œuvres que je travaillais mais jouer pour autrui était une cauchemar. On m'a engagé faire la musique de chambre, les répétitions se sont bien passés sauf une, il n'y avait pas de piano pour que je répète avec les autres mais le jour du concert, j'ai eu un gros trou, je ne pouvais plus suivre où on devait être sur la partition, et ils ont joué sans piano pour le reste de l'œuvre. :peur: :cry:

Après, il y avait l'université et je changeais des villes où j'habitais tout le temps, j'avais juste un petit synthé que mon père m'avait offert (clavier incomplet je ne me souviens pas le nombre de touches), mais je ne jouais pas souvent dessus comme ça ne ressemblait pas de tout à un piano. J'avais l'idée d'acheter un numérique avec un clavier entier quand j'ai vu un chez ma sœur, et mon mari a dit que un piano serait mon cadeau d'anniversaire à 40...sauf que entre temps je suis allée à une fête d'adieu et j'ai vu un ancien Gaveau. :biz: J'ai explosé le budget quand j'ai trouvé mon ancien Pleyel, mais c'était un gros coup de coeur. Quand je pense à ce que j'ai appris depuis, j'ai presque le vertige, mon bel instrument et notre belle communauté m'a tellement apporté...

Line-Marie
Pianaute
Messages : 937
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par Line-Marie »

Merci Lee d'avoir pris le temps de nous raconter ton apprentissage du piano. C'est toujours émouvant ( je trouve) de lire pourquoi chaque pianiste amateur continue d'être devant un piano.
:pouet:

Avatar du membre
coignet
Administrateur
Messages : 553
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 15:27
Localisation : Paris
Piano : Pleyel F 1953

Re: Comment avez-vous appris le piano ?

Message par coignet »

Ma famille n'était pas du tout musicienne, mais il y avait des disques à la maison.
À l'âge où certains d'entre vous ont été placés devant un piano (témoignages ci-dessus de Marie-France, de Josiane et de Lee), la musique sortait pour moi d'un tourne-disque sans que j'ai eu l'idée de me poser d'autres questions. J'aimais cela, et j'écoutais surtout des symphonies de Mozart et Louis Armstrong.

J'ai découvert qu'il y avait des musiciens "en vrai" lorsqu'une amie de travail de mon père est venue à la maison, avec sa clarinette dont elle jouait en amatrice, et son mari, clarinettiste professionnel.
Puis, en cm2, alors qu'il y avait un piano dans la classe, je me suis mis à m'amuser avec pendant les récréations. Et sur conseil de l'institutrice, j'ai pris des cours de piano, et mes parents ont acheté un petit piano droit Rippen.

J'ai eu la chance de commencer avec une vraie musicienne, très vieille dame ancienne premier prix de piano, dont les trophées trônaient dans son salon de musique : un grand Érard et un grand Pleyel. Je crois qu'elle était très pédagogue et très rigoureuse et que j'ai ainsi commencé dans de très bonnes mains, apprenant facilement à lire et les fondements théoriques.

Puis la famille a déménagé un an plus tard. La suite a été plus difficile, avec l'essai de deux professeurs, la première ne sachant pas jouer grand chose et criant Un, deux, trois, quatre pendant que je m'escrimais sur des études de Czerny…
La deuxième avait probablement été plutôt bonne pianiste, mais c'était un peu du passé, et n'avait aucun sens de la transmission ni du travail technique.

Un peu accidentellement, je me suis trouvé un jour en présence d'un élève du Conservatoire d'Avignon, qui a trouvé que j'avais quelques petites choses musicales en moi, et a décidé de me faire travailler pour me présenter à son professeur, puis je suis entré au Conservatoire, sur concours, en Moyen. Je me souviens que j'avais joué une invention de Bach, la première sonate de Beethoven, et un prélude de Debussy. J'y suis resté, je crois, 4 ans. Là a commencé vraiment la musique pour moi, un peu tardivement.
Malgré une crise d'adolescence et de confiance qui m'a fait arrêter le Conservatoire au moment crucial où se pose la question de l'avenir professionnel, j'étais tombé trop profondément en musique pour qu'il n'en reste aucune trace.

Répondre