Comment bien commencer à travailler une œuvre...

les pianautes au clavier
Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1356
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Lee »

Bonjour,

C'est une question de base, mais puisque je me rendais compte avoir brulé les étapes la dernière fois, je pose la question : comment bien commencer à travailler un morceau ? Que faîtes-vous ? Suivez-vous à la lettre la méthode donnée par vos profs ?

Après un conseil avisé de Josiane, je vais me tâcher de travailler d'abord ma main gauche en comptant, ceci est lié à mes problèmes de rythme stable. Mais du coup, je travaillerai mains séparés avant de jouer mains ensemble, ce que je n'ai vraiment pas fait depuis ma reprise. :kloun:

Je ne sais pas quand je reverrai ma prof parce que je n'aime pas aller voir sans avoir travaillé jusqu'à présenter un nouvel état ou un nouveau morceau, mais à ce moment là, je la relancerai pour sa liste des profs traduite en français de géorgienne, mais je ne suis pas sûre qu'elle la retrouve....sinon je noterai ce qu'elle se souviendra et je reviens partager avec vous ici.

Merci.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 937
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Line-Marie »

:D: je n'ai pas de généralités à dire , n'étant pas prof de piano. Voici comment je procède :
je déchiffre la partition à deux mains (parfois je ne joue pas toutes les notes de la gauche). Je repère les passages qui me posent problème tout de suite et je commence par travailler ces passages.
Pour chacun des passages sélectionnés, je joue mains séparées si jouer ensemble me pose un problème. Je joue mains séparées pour bien me rendre compte de ce que font les deux mains. Je commence à noter des doigtés sur le passage en question, puis j'essaie quelques mesures à deux mains pour étudier si cela convient . Pour une mesure vraiment difficile , j'essaie de la mémorisée rapidement pour la jouer au tempo pour vérifier que mon doigté tient la route.
Une fois le passage bien travaillé , je joue la transition avec ce qui précède et ce qui suit.
Pour la sonate de Kabalevski, je monté et mémorisé le premier mouvement avant de le montrer à ma prof et j'ai fait pareil pour les autres mouvements. Mais finalement j'ai regretté de ne pas avoir démarré le déchiffrage avec elle pour régler le problème des doigtés. Dans le troisième mouvement , j'avais un problème récurrent dans un passage qui a finalement été réglé avec un meilleur doigté, mais que j'ai mis du temps à mémoriser.
Alors pour les Valses Nobles et Sentimentales de Ravel, je suis venu travaillé avec ma prof dès que je pouvais jouer de façon fluide les 3 premières valses, sans les avoir mémorisées complétement et nous avons beaucoup travaillé sur la pédale et les doigtés. Bon à l'audition de fin de stage , ce que j'ai joué n'était pas aboutit mais çà ne fait rien , j'ai essayé de mettre tous les doigtés conseillés et les pédales. Je me suis rattrapée sur les 4 mains que nous avons très bien joué avec Pascaline !

Avatar du membre
Hémiole
Pianaute
Messages : 577
Enregistré le : lundi 1 juil 2019 21:08

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Hémiole »

Je n'ai pas l'impression qu'il y ait une méthode pour démarrer un morceau ! Mais que cela dépend des morceaux, et des difficultés de chacun/e.
Parfois les doigtés sont cruciaux et pas évident à choisir, c'est une étape importante tout au début de l'apprentissage de les trouver.
D'autres fois c'est le rythme qui n'est pas évident et demande de solfier, décomposer, utiliser le métronome.
Ou bien il y a telle ou telle difficulté technique à travailler d'emblée avec des méthodes proposées par le prof.
Enfin plutôt que l'alternative mains ensembles ou mains séparées, le prof m'a souvent fait travailler par plans sonores, ou en ne gardant que les notes importantes à une main quand l'autre joue toutes ses notes.
"Les arts sont le plus sûr moyen de se dérober au monde ; ils sont aussi le plus sûr moyen de s'unir avec lui."
Franz Liszt

josiane
Pianaute
Messages : 536
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 21:50
Localisation : Puy de dome
Prénom : Josiane

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par josiane »

Je crois qu’il faut aussi écouter un morceau plusieurs fois avec la partition.
Et comme ça dépend du morceau, dis-nous ce que tu as commencé Lori pour que les conseils soient plus ciblés et donc plus efficaces.

Avatar du membre
Mona
Pianaute
Messages : 457
Enregistré le : mercredi 10 juil 2019 20:12
Localisation : Bordeaux
Piano : Félicien (Pleyel F 1931)
Prénom : Cunégonde

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Mona »

C'est justement une question que je me pose aussi. Comme Lee, j'ai l'impression d'avoir grillé peu à peu les étapes dans le travail et d'être passée trop vite au déchiffrage direct (et là aussi, à mon avis, pas de la meilleure façon), sans me poser certaines questions. J'ai voulu aller plus vite que la musique (c'est le cas de dire !) et je n'ai pas pris le temps de poser certains jalons nécessaires. C'est précisément ce que je comptais demander à mon prof cette semaine puisque je commence un nouveau morceau. Comment aborder une partition, quoi regarder en premier lieu, quelles étapes suivre pour travailler aussi efficacement que possible, et gagner aussi peut être en rapidité (je pense notamment à la question de la tonalité et de la structure harmonique du morceau, à laquelle je n'ai jamais prêté attention jusque là). Ca dépend bien sûr des morceaux mais je pense qu'il y a quand même des points généraux à respecter. Qui sont, pour la plupart d'entre vous, sans doute intégrés, mais qui pour moi ne l'ont jamais été. Et puis c'est passionnant je trouve de réfléchir à la façon de rentrer dans une oeuvre.

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 686
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Marie-France »

En plus de ce qui a été dit, je vous mets ici quelques conseils de Pascal Le Corre, extraits de son livre, « Le Musicien et la connaissance de soi »:
"... Aimer ce que l’on apprend car sans motivation, la capacité de travail sera fortement réduite, voire anéantie...."
"... Quand on se place devant sa partition, se poser ces deux questions :
- Sur quoi je veux progresser aujourd’hui ?
- De combien de temps je dispose ?... »
"... Une pause toutes les 30 minutes..."
"... Ne pas être en état de stress, d’énervement..."
"... Le plus difficile en premier..."
"... Exclure la routine en variant la manière d’aborder une œuvre, séances après séances..."
"... Ne pas hésiter à laisser reposer une œuvre dont on commence à se lasser..."

"... Découvrir l’œuvre en l’écoutant, en se laissant porter, en la déchiffrant si c’est possible..."
Pour ma part je rajouterais par plusieurs interprètes et à faire aussi avec partition.

"... Analyser l’œuvre..."
C’est là que c’est plus ou moins compliqué car cela dépend des connaissances musicales de chacun. Mais personnellement, j’aime bien avant de commencer regarder la partition en entier, déjà pour en évaluer la longueur. Est-ce que j’ai déjà joué des œuvres aussi longues. Est-ce donc réalisable ? L’écriture générale me paraît-elle complexe, homogène? Le graphisme m’est-il familier?
J’aime bien me renseigner un tant soit peu sur l’œuvre que je joue pour mieux saisir l’intention (tout au moins l’image que je me fais de l'intention) du compositeur, le contexte d’écriture, le style.

Pascal Le Corre dans son livre dit aussi, je cite :
« Définissez les tempos, la forme, l’harmonie, les tonalités, les carrures, les climax, les doigtés les respirations, le caractère des phrases, l’émotion contenue dans les différentes sections… »

Il y a peut-être des choses dans tout ça qui sont faisables quoiqu’on en pense. Si on a des difficultés avec ça, mieux vaut le faire avec un prof.
Cependant, définir un tempo c’est possible. Après avoir écouté diverses versions on se fait une idée de ce qu’on veut (peut) faire.

La forme ? Le titre de l’œuvre peut déjà renseigner sur ce qu’on va en gros découvrir. Cela donne déjà une vision globale de ce à quoi on va devoir s’atteler.

L’harmonie ? Même si on n’a pas ou peu de connaissance, on peut repérer à l’oreille les moments qui changent (modulations), et donc les cadences. Comme ça on trouve des directions au discours musical.

Les tonalités, c’est parfois plus complexes selon les compositeurs. Mais au moins connaître celle dans laquelle on joue avec sa gamme et ses accords principaux si possible. Comme ça on les reconnait quand on les trouve.

Les carrures (groupement par 4 ou 8 mesures) annoncent généralement le thème.

Les climax, ce sont les moments les plus expressifs, ceux vers qui le compositeur nous amène et qu’on attend, avant que ça ne retombe. On peut les entendre en écoutant les interprétations diverses.

Etc.. je n’ai plus le temps maintenant de développer.. désolée..

Juste une dernière chose pour ce matin, Pascal Le Corre propose, je cite :
«... de créer des automatismes instrumentaux en mettant en place tous les éléments du texte, sans erreur…. Si on joue en faisant des fautes à chaque lecture, c’est, pour notre cerveau, autant de morceaux nouveaux que nous apprenons et il nous faut, dans ce cas, multiplier les répétitions pour qu’une série d’automatismes prédominent sur les autres. C’est évidemment une énorme perte de temps et la possibilité que de mauvais automatismes apparaissent en état de stress : ils ont aussi été appris ! ...»

Avatar du membre
Marie-France
Pianaute
Messages : 686
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Marie-France »

Donc apprendre très lentement pour essayer de tout voir! :smile:

Avatar du membre
Lee
Administratrice
Messages : 1356
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:15
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Lee »

Merci beaucoup à toutes pour vos réponses.
Comme Mona j'étais intéressée par les bases, ce que Marie-France détaillé correspond bien à ce que je cherchais.

Josiane, mon idée était de commencer le prélude op 32 no 10 de Rachmaninoff. Je vais écouter plusieurs fois avec la partition comme tu suggères. Hier en faisant une lecture de juste la main gauche, je me rendais compte ne pouvoir correctement compter ou déchiffrer les rythmes différents, de tout. :oops: Les écoutes vont m'aider à me recaler rythme A contre rythme B contre rythme C.

Avatar du membre
Mona
Pianaute
Messages : 457
Enregistré le : mercredi 10 juil 2019 20:12
Localisation : Bordeaux
Piano : Félicien (Pleyel F 1931)
Prénom : Cunégonde

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par Mona »

Merci Marie-France pour tous ces conseils détaillés ! Je trouve aussi des pistes vraiment intéressantes dans le livre "Mémoire d'empreintes" de B. Bouthinon, j'essaierai d'en faire un retour quand j'aurai le temps. Faire attention à tous ces points là (notamment l'analyse de l'oeuvre) rend non seulement l'apprentissage de la pièce plus efficace, mais c'est aussi beaucoup plus intéressant. J'essaie déjà d'aborder mon nouveau morceau de cette façon là et ça change vraiment le regard qu'on porte sur le texte. Je suppose que ça aura aussi des incidences sur la façon d'entendre, et donc de jouer, le morceau. Ce qui est génial avec le piano, c'est que ça ouvre un champ d'exploration sans fin, on peut toujours chercher, préciser, affiner....

JPS1827
Pianaute
Messages : 522
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:11
Localisation : Bourg-la-Reine

Re: Comment bien commencer à travailler une œuvre...

Message par JPS1827 »

En fait ça dépend à la fois de l'œuvre et du ou de la pianiste.
Si on a du mal à déchiffrer d'emblée même assez lentement on peut jouer quelques mesures (4 ou 8 ou 16 souvent) les mains séparées plusieurs fois de suite, puis essayer de jouer les mains ensemble, car cela permet tout de suite de voir si on a mis des doigtés qui fonctionnent mains séparées mais pas mains ensemble, et de les modifier. Il faut d'emblée jouer dans la nuance prescrite, je dirais même que la nuance est plus importante que l'égalité sonore (qui va venir petit à petit) ; souvent j'ai voulu commencer par jouer des parties secondaires bien égales et trop fort en pensant les diminuer ensuite, ça se révèle bien plus difficile que de faire l'inverse. il faut rapidement aussi, dès qu'on atteint un mouvement modéré, s'habituer à mettre la pédale de façon correcte, souvent il faudra par exemple veiller à bien tenir une note mélodique avec le doigt quand on lève le pied pour ne pas "mélanger" un accompagnement, d'où l'importance de prendre le bon réflexe rapidement.

Répondre