Lectures

lectures, musiques, arts et littérature
Line-Marie
Pianaute
Messages : 846
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Lectures

Message par Line-Marie »

Je commence la lecture de Prince d'Orchestre de Metin Arditi.... et c'est passionnant.
Voici un résumé trouvé sur le net ainsi qu'un écrit de l'auteur :
Alors que chaque concert lui vaut un triomphe et qu’il se trouve au sommet de sa gloire, le chef d’orchestre Alexis Kandilis commet une indélicatesse dont les conséquences pourraient être irrémédiables. Sa réputation est ébranlée. Aux déceptions et revers qui s’ensuivent il oppose la certitude de son destin d’exception. Mais les blessures les plus anciennes se rappellent à son souvenir. L’insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder – Les chants des enfants morts – de Gustav Mahler lui chuchote sans répit le secret qu’il voudrait oublier. La chute est inexorable. Seules l’amitié ou la confiance de quelques proches semblent l’ouvrir à une autre approche de son talent, susciter en lui un homme nouveau, dont la personnalité glisserait de la toutepuissance à la compassion, de l’arrogance à l’empathie profonde. Se dessine peut-être une métamorphose…
Roman haletant, parcours exalté, bouleversé par les véhémences de la musique, Prince d’orchestre est aussi une réflexion sur la part d’imprévisible que contient toute existence, sur la force du hasard et les abîmes de la fragilité humaine, sur les souffrances que convoque, apaise, et souvent transcende l’inépuisable fécondité de l’art.

« QUELLES PASSIONS NOUS AMÈNENT À DÉTRUIRE ce que nous avons tant peiné à construire ? Qu’est-ce qui nous pousse à gâcher, d’un mot, un geste ou un regard, une amitié, un acquis professionnel, une réputation ? C’est ce que j’ai essayé de comprendre en écrivant l’histoire d’Alexis Kandilis, l’un des plus brillants chefs d’orchestre de sa génération. Au début du récit, il a tout. Il est, vraiment, prince d’orchestre. À la fin, il n’a plus rien. Pourquoi ? D’où lui est venue tant de violence destructrice ?
De là où chacun de nous porte quelques bombes non encore désamorcées, sans doute. De l’enfance. De l’ingérable enfance, lorsque ses cicatrices lâchent. On les a enrobées avec tant de soin que, du coup, on ne voit pas même les fils se défaire. Soudain c’est l’hémorragie, le sang est partout, et la douleur insupportable.
Mais il est trop tard.
Fini la gloire du chef qui plastronne au pupitre des plus grands ensembles symphoniques de la planète. Fini les cachets pharaoniques, les bravos si longs qu’ils en deviennent agaçants. Puis une nouvelle vie commence, faite de tendresse infinie, de quatre bras doux dans lesquels Alexis Kandilis se fond, de retrouvailles avec la vraie musique, et d’un regard lucide sur la vie passée. Mais l’enfance est là, qui guette, ne lâche pas, et rappelle sans cesse, en créancier implacable : “Nos comptes ne sont pas soldés.” » Metin Arditi

Une courte biographie de l'auteur :

Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en génie atomique. Il poursuit ses études à l’université Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande. Il est membre du Conseil stratégique de l’École polytechnique de Lausanne où au fil des ans, il a enseigné la physique (assistant du Prof. Mercier), l'économie et la gestion (comme chargé de cours) et l'écriture romanesque (en tant que Professeur invité). En 1988, il crée la fondation Arditi qui attribue une quinzaine de prix annuels aux diplômés de l'Université de Genève et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne. La Fondation Arditi a racheté et offert à l'Université de Genève le Cinéma Manhattan, une salle avant-gardiste classée Monument historique et désormais appelée Auditorium Fondation Arditi. Il est le fondateur en 2009 et le coprésident (avec Elias Sanbar) de la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d'Israël. Il est membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève. Il a présidé la commission de construction du musée Martin Bodmer, à Cologny.

Marie-France
Pianaute
Messages : 601
Enregistré le : mercredi 26 juin 2019 19:59

Re: Lectures

Message par Marie-France »

Merci pour cette découverte.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 846
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Lectures

Message par Line-Marie »

tout d'abord j'aime beaucoup le bandeau rose qui dit "n'hésitez pas à commenter vos choix, ainsi que les ouvrages ou les œuvres que vous présentez ! :coeur:
Aujourd'hui je vous présente un livre de Diane MEUR "La Carte des Mendelssohn " . Ce n'est pas un livre récent puis-qu’édité en 2015.
Je n'ai pas encore tout lu . J'aime beaucoup la façon dont l'auteure nous prend par la main et nous emmène, avec beaucoup d'humour, à la découverte de cette famille à partir de Moses Mendelssohn (1809 - 1847) , le grand père de Félix et Fanny qui fut un grand philosophe.

jean-séb
Pianaute
Messages : 361
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 23:22
Piano : Yamaha C3

Re: Lectures

Message par jean-séb »

Bien que je ne l'aie pas encore fini, à force de papillonner autour de dizaines de livres à la fois, j'aime aussi beaucoup la Carte des Mendelssohn. Mais il faudrait que je prenne des notes, car entre deux séances de lecture, je me perds complètement dans cette riche famille. L'autrice a beaucoup d'humour, ce qui ne gâte rien.
Modifié en dernier par jean-séb le samedi 7 sept 2019 22:29, modifié 1 fois.

JPS1827
Pianaute
Messages : 507
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 19:11
Localisation : Bourg-la-Reine

Re: Lectures

Message par JPS1827 »

Je l’ai mis à portée de main car je suis en train de lire le Félix Mendelssohn de Brigitte Francois Sappey, livre plein de renseignements, un peu trop nombreux peut-être, qui donne quelques indications sur des personnages de la famille comme Abraham et Dorothea.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 846
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Lectures

Message par Line-Marie »

jean-séb a écrit : samedi 7 sept 2019 20:58 Bien que je ne l'ai pas encore fini, à force de papillonner autour de dizaines de livres à la fois, j'aime aussi beaucoup la Carte des Mendelssohn. Mais il faudrait que je prenne des notes, car entre deux séances de lecture, je me perds complètement dans cette riche famille. L'autrice a beaucoup d'humour, ce qui ne gâte rien.
:pouet: Merci Jean Seb pour ce mot que je ne connaissais pas :Autrice et si d'autres comme moi sont un peu lents à comprendre les petits changement linguistiques :
Muriel Gilbert s'exprimait sur France-Inter en février 2019 :
Amis des mots, je souffre de menus soucis d’identité professionnelle : l’autre jour, dans une librairie de l’Essonne, je dédicaçais mes livres en discutant langue française avec des lecteurs, qui sont aussi très souvent d’ailleurs des auditeurs de RTL, et l’un d’eux m’a demandé si j’étais l’auteure ou l’autrice de mes livres. Pour moi, c’est clair, j’en suis l’auteure, avec un E final. Mais quantité de mes semblables se disent autrices. Et d’autres femmes encore préfèrent se dire auteur sans e final.

jean-séb
Pianaute
Messages : 361
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 23:22
Piano : Yamaha C3

Re: Lectures

Message par jean-séb »


Laure
Pianaute
Messages : 490
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 18:58
Localisation : PACA
Prénom : Laure

Re: Lectures

Message par Laure »

Il y a deux ans, j’ai voulu commencer à me doter d’une petite culture musicale (je n’en ai pas) ; j’ai pensé qu’entrer par des biographies serait une façon agréable de le faire. Le moindre effort, pour être honnête. Alors, au gré d’une lecture d’un fil de PM, j’ai acheté Bach en son temps de Gilles Cantagrel, un pavé de 600 pages (pas donné). Le livre était présenté sur le fil comme la référence absolue. Il m’est tombé des mains. En le reprenant, je vois qu’il est corné à la page 89 (et bizarrement à la page 369, ce qui me fait penser que j’ai dû chercher à voir s’il y avait des choses à sauver pour moi plus loin.) J’ai seulement le souvenir de pages indigestes de généalogie dont je n’ai que faire, et d’actes de baptême, de décès, de nomination d’organiste… La musique par les archives, quel ennui. Sur cet échec, j’ai abandonné mon petit projet. Au fond, le genre biographique me plaît peu, sauf s’il est accompagné d’un regard, d’une perspective, bref d’un projet littéraire. Les secrets d’alcôve de Chopin sous les mots de George Sand, oui. Les grossesses de Mme Bach d’après les registres, non.

Donc cette Carte des Mendelssohn, vous confirmez qu'elle vaut vraiment le coup ? (je suis devenue méfiante)

Line-Marie, je crois que j'avais déjà parlé du terme "autrice" sur PM. Sur les plans morphologique et historique, il est préférable à "auteure" (mais l'usage choisira).
En plus du lien très intéressant de Jean-Séb, je mets cette vidéo de deux linguistes très sympas qui font le point en 2 minutes :
https://www.youtube.com/watch?v=rTUt36295ac

Line-Marie
Pianaute
Messages : 846
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Lectures

Message par Line-Marie »

merci pour les liens Jean seb et Laure ! Je dirai désormais autrice !Merci ! :pouet:
Pour revenir aux lectures possibles autour de la musique :
Le tout premier livre que j'ai lu grâce à Pianomajeur s'intitulait "Crescendo, Avis aux amateurs (de piano)" de Catherine DAVID, magnifique autrice.
J'ai lu ce livre plusieurs fois tant il m'a plu. Voici ce qu'on peut trouver sur le net pour décrire ce livre :
Pour en savoir plus sur ce livre suivez le lien :
http://federation-martenot.fr/Crescendo ... mateurs-de
Modifié en dernier par Line-Marie le dimanche 8 sept 2019 14:26, modifié 4 fois.

Line-Marie
Pianaute
Messages : 846
Enregistré le : lundi 24 juin 2019 22:52

Re: Lectures

Message par Line-Marie »

Un autre livre que j'avais beaucoup aimé et que j'ai relu aussi c'est Corps et Âme de Frank Conroy. C'est l'histoire d'un petit garçon qui vit dans le New York des années quarante dans un cave avec sa mère chauffeur de taxi. Il n'a pas le droit de sortir et découvre dans la chambre du fond un petit piano sous une montagne de vieux papiers. C'est l'histoire d'un enfant qui possède un don....

Pour revenir au livre sur Bach et sa famille que tu as essayé de lire, ce livre fait partie d'ouvrages que l'on consulte (enfin c'est ce que je fais pour moi) au gré de son travail sur un compositeur mais qui sont indigestes à lire en entier comme un roman.

La Carte des Mendelssohn est un livre un peu différent . C'est l'histoire de cette famille du début du 19ème jusqu'à aujourd"hui et une photographie d'époques données. Je ne sais pas si j'irai jusqu'au bout... je crois que ej vais finir en diagonale ! :D:

Répondre